..."/>

Au terme de trois jours d’obsèques : Papa Wemba inhumé provisoirement au cimetière de Nécropole

enterement-papa-wemba

Sa dépouille sera exhumée dans les prochains jours pour reposer définitivement dans un mausolée qui lui sera bientôt construit

On ne le reverra plus jamais. Une page de l’histoire musicale de la République démocratique du Congo est définitivement tournée.

Décédé le 24 avril dernier, l’artiste musicien congolais aux dimensions planétaires repose provisoirement, depuis hier mercredi 4 mai, au cimetière de Nécropole Entre Terre et Ciel, dans la périphérie de la ville de Kinshasa. Ce, après trois jours d’obsèques organisées à la grandeur de la méga star.

Provisoirement, puisque sa dépouille sera exhumée dans les prochains jours pour reposer définitivement dans un mausolée qui lui sera bientôt construit, à en croire le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, lors de l’oraison funèbre à la Cathédrale Notre Dame de Lingwala où le corps a transité avant de prendre la direction de la partie-Est de la ville de Kinshasa.

Tel que souhaité par les députés Anamongo lors de l’audience sollicitée mardi 3 mai courant auprès du premier ministre Matata Ponyo, Papa Wemba devra être inhumé quelque part où l’accès sera très facile pour les visiteurs. Les exemples de Mzée Laurent-Désiré Kabila, inhumé au Palais de la Nation, comme plusieurs prêtres à la Cathédrale Notre Dame de Lingwala, ont été cités.

C’est ainsi que les autorités de la ville se sont accordées sur l’érection, dans les tout prochains jours, d’un mausolée en son honneur, sur un site d’un hectare qui reste encore à localiser. Ce, sur ordre du président de la République à qui la famille biologique de l’illustre disparu a manifesté sa profonde gratitude.

André Kimbuta n’a pas manqué de saluer le comportement pacifique des habitants du Village Molokai qui ont, avec tous les Kinois, honoré Papa Wemba en observant une attitude responsable à Matonge, au Palais du peuple et à la Cathédrale Notre Dame. Mention spéciale aux éléments de la police nationale qui ont fait montre du professionnalisme durant les trois jours de deuil.

Au cours de cette messe de suffrage, le cardinal Laurent Monsengwo a vanté les qualités de la superstar congolaise décédée en Côte d’Ivoire, de même que l’abbé Coco qui a partagé son enfance avec la star.

Bokul s’en va, mais reste en vie à travers ses œuvres discographiques et phonographiques. D’ailleurs, le ministre de la Culture, Baudouin Banza Mukalayi, avait sollicité auprès du chef de l’Etat la construction d’une salle de spectacle baptisée en son nom, en plus de la médaille de la plus haute distinction des ordres nationaux Kabila-Lumuba.

Par Lefils M

*

*

Monter

Login

Lost your password?