..."/>

Herman Mbonyo dérange l’exécutif sortant du Comité olympique congolais

Le président de la Fédération congolaise de rugby ne s’est pas seulement contenté d’annoncer sa candidature au poste de président du Comité Olympique Congolais (COC).  Haut et fort, Herman Mbonyo Lihumba  justifie sa démarche, par la gestion du dernier mandat dont le rapport a été présenté lors de la dernière assemblée générale ordinaire de Kinshasa-Limete. Ce qui n’est pas pour plaire les membres de l’exécutif sortant du mouvement sportif congolais.

L’ancien président directeur général de la Société nationale d’assurances utilise dans sa campagne quelques organes de presse audio-visuels de la place kinoise. Ses cibles, d’abord la manière avec laquelle le dernier congrès du C.O.C du 26 novembre dernier a été mené.

Un rapport d’activités de tout un exercice olympique remis aux sociétaires sans leur donner suffisamment de temps pour s’imprégner en profondeur de la quintessence des points présentés. Ensuite, justement sur le point des recettes et des dépenses, l’absence de justifications détaillées sur l’utilisation des montants affectés et dépensés dans des rubriques déterminés.

Pour Mbonyo, il n’a pas été donné à l’AGO la possibilité d’apporter de la lumière sur ce dossier malgré la présence d’un auditeur qui, a-t-il estimé, ne table son travail que sur des éléments qui lui ont été au préalable, remis. Au point que l’assise a pris l’habit d’un culte où le célébrant a dit sa messe et les autres n’avaient qu’à répondre  » Amen « .

Le numéro un du rugby congolais a déclaré son engagement de briguer le poste de président du Comité olympique congolais afin aussi d’endiguer certaines pratiques qui ont élu domicile au sein du gouvernement du mouvement sportif national dans la participation aux Jeux Olympiques.

Quand le voyage touristique de certains dirigeants a primé sur la participation des athlètes, les premiers concernés par les Olympiades. En attendant que ne soit publié le calendrier électoral qui donnera au C.O.C son nouveau comité exécutif, Herman  devra s’attendre à une bataille ardue sur le chemin qui mène au fauteuil présidentiel.

Car, outre les dispositions statutaires qui balisent le processus d’accession au gouvernement de cette institution, se présente Amos Mbayo. Le président sortant du Comité olympique congolais a annoncé sa candidature à sa propre succession.

Une autre  intention de se hisser à la tête de l’instance, c’est celle de Kenzo Mukendi, le trésorier général-adjoint du comité Mbayo et secrétaire général de la Fédération congolaise de taekwondo.

Bien avant les élections, d’autres ambitions pourraient se manifester. Mbonyo Lihumba, sans être assuré de prendre la direction des affaires du mouvement sportif congolais, a bien mis la main dans la ruche.

Par J.C. Lomboto

*

*

Monter

Login

Lost your password?