..."/>

Mort de la comédienne Claude Gensac, épouse à l’écran de Louis de Funès

la-comedienne-claude-gensac

L’actrice, Claude Gensac est morte  dans son sommeil, dans la nuit de lundi 26 à mardi 27 décembre dernier. C’est ce qu’a annoncé son fils Frédéric Chemin à l’AFP. Celle qui a tourné plus d’une centaine de films, est décédée à 89 ans. Elle fut plus surtout connue pour avoir été plus de dix fois l’épouse de Louis de Funès au cinéma.

Elle voulait être danseuse

Née  le 1er mars 1927 à Acy-en-Multien , dans l’Oise, en France, la petite Claude se destine d’abord à la danse classique, et c’est sa mère qui la pousse à devenir actrice. Admise au Conservatoire, elle en sort en 1947 avec le deuxième prix de tragédie et le premier accessit de comédie. Gensac débute la même année au théâtre à Bruxelles dans  » Borgia  » de Herman Closson.

La jeune femme  débute au cinéma en 1952 dans  » La Vie d’un honnête homme  » de Sacha Guitry. Le réalisateur la choisit pour interpréter la femme de chambre du personnage principal, joué par Michel Simon. Louis de Funès, qui joue un valet, est son premier partenaire à l’écran.les deux acteurs s’entendent bien.

Choisie par l’épouse de de Funès

La  longue et fructueuse collaboration entre Claude Gensac et Louis de Funès ne commence toutefois réellement qu’en 1967, avec l’adaptation à l’écran de la pièce de théatre  » Oscar « . C’est Jeanne, la femme de Louis de Funès, qui avance le nom de Claude Gensac pour le rôle de la femme du personnage principal d’Oscar.

Elle voulait que son mari incarne des personnages au rang social élevé et il fallait pour cela que l’actrice incarnant son épouse sur scène ait de la distinction. Qualifiée de  » bonne copine  » par Patrick de Funès, fils et biographe de l’acteur, elle est aussi choisie parce que Jeanne de Funès lui fait suffisamment confiance pour ne pas craindre qu’elle lui vole son mari hors plateau.

 » Ma biche  »
L’expression  » Ma biche « , employée par Cruchot, va marquer des générations de spectateurs. Parfois appelée ainsi dans la rue, Claude Gensac découvre même un jour cette expression écrite sur un banc en face de chez elle. Elle a d’ailleurs publié une autobiographie intitulée Ma biche… c’est vite dit !, en 2005.

Les rôles d’épouse des personnages joués par Louis de Funès sont une bénédiction pour l’actrice, mais aussi un handicap pour la suite. Par faute de temps, elle néglige sa carrière en dehors de ces films et refuse plusieurs contrats bien que Louis de Funès l’ait avertie du risque qu’elle courait de ne plus décrocher de rôles à l’avenir. Après la mort du comédien, le 27 janvier 1983, les producteurs vont la boycotter  pendant des années.

Par Yves Mitondo

*

*

Monter

Login

Lost your password?