..."/>

A l’initiative de la NSCC : Un Front lancé pour surveiller et contrôler la transition

societe_civile_nscc_13_001

La Nouvelle société civile congolaise (NSCC) a procédé hier mardi  10 janvier,  à son siège  situé au N° 21 avenue Yongo, dans la commune de Kasa-Vubu, au lancement officiel du Front de la société civile pour la surveillance et le contrôle citoyen de la transition et la mise en œuvre de l’accord global et inclusif du 31 décembre 2016.

C’était à l’issue d’une matinée organisée par cette structure en vue de suivre de près l’exécution du compromis politique global de la Saint Sylvestre ; faire le monitoring et le lobbying de la mise en œuvre des obligations des parties prenantes, contribuer à la réalisation des objectifs de la mise en œuvre de l’Accord, à savoir l’organisation des élections dans les délais impartis et la réconciliation nationale en vue de la cohésion nationale, la création et la mise en place d’une commission vérité et réconciliation.

Vulgariser l’Accord du 31 décembre

« Notre objectif c’est de vulgariser l’accord du 31 décembre 2016/CENCO « , a dit Jonas Tshombela, coordonateur de la Nouvelle Société civile congolaise. La NSCC veut, en mettant sur pied le Front de la société civile pour la surveillance et le contrôle citoyen de la transition, vulgariser et sensibiliser la population de s’approprier l’Accord global et inclusif par l’éveil de conscience et la participation citoyenne afin d’obtenir la mise en place de la commission vérité et réconciliation.

Pour le coordonateur de la NSCC, Jonas Tshiombela, la signature, le 31 décembre 2016, du compromis politique global et inclusif pour la sortie de crise en République Démocratique du Congo, offre une opportunité historique du rétablissement de la paix et du retour à l’ordre constitutionnel et institutionnel issu du pacte républicain convenu à Sun City aux termes des assises du dialogue intercongolais.

Avec ce compris politique, les organisations de la société civile et le peuple congolais dans son ensemble ont fait preuve de détermination et d’engagement à reconquérir sa souveraineté, expression de la participation citoyenne à la gestion et à la conduite des affaires publiques, a dit Tshombela.

Pour lui, les Congolais ne peuvent admettre ni tolérer que les  libertés chèrement acquises soient vilipendées au profit des intérêts particuliers et égoïstes de certains fils et filles du pays.  La NSCC invite donc tous les acteurs politiques, de la société civile et toute la population à venir signer l’acte d’engagement citoyen pour la surveillance de l’accord du 31 décembre 2016. Elle  prévient la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) d’activer son Plan B, en cas de non respect de l’accord du 31 décembre 2016.

Par J. Muadi et G.Kalonji

*

*

Monter

Login

Lost your password?