..."/>

Les grossesses précoces et non désirées brisent l’avenir des adolescentes

union libre

 65% de filles et 59% de garçons en RDC ont leur premier rapport sexuel avant 18 ans

Les grossesses précoces et non désirées et les avortements provoqués ont des conséquences néfastes graves pour les adolescents et les jeunes de la tranche d’âge de 10 à 24 ans, en particulier les filles.

Selon le Programme National de Santé de l’Adolescent (PNSA), un programme spécialisé du ministère de la Santé publique de la RD Congo, une grossesse précoce est celle qui survient chez une fille qui n’a pas encore atteint l’âge de 20 ans (âge de la maturité), alors qu’une grossesse non désirée est celle qui survient de façon inattendue et non souhaitée par l’un ou les deux partenaires, pour plusieurs raisons. Un avortement provoqué est une interruption volontaire d’une grossesse avant 6 mois.

Les causes et les facteurs qui favorisent les grossesses précoces et non désirées chez les adolescentes sont notamment les rapports sexuels précoces (avant le mariage), les rapports sexuels non protégés, les mariages précoces, l’ignorance et la non utilisation des méthodes contraceptives, le manque de dialogue entre parents et enfants en matière de sexualité, la pauvreté, la mauvaise utilisation des méthodes contraceptives, le viol.

Les causes et les facteurs qui favorisent les avortements sont, entre autres, la menace des parents ou de l’auteur de la grossesse, la honte, la fuite de responsabilité de l’auteur, la peur d’interrompre ses études, la pauvreté, la grossesse non désirée,….

L’ampleur de la situation en RDC

L’Enquête Démographique et de Santé (EDS) menée en RDC en 2013-2014 indique que 65% de filles et 59% de garçons ont leur premier rapport sexuel avant 18 ans et 27% de filles de 15 à 19 ans ont eu une grossesse. Selon la même source, la mortalité maternelle en RDC s’élève à 846 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes et les adolescentes y contribuent pour plus ou moins 20%. Cette même enquête renseigne que 18% d’adolescentes sont mariées entre 15 et 19 ans. 83% de grossesses des adolescentes ne sont pas désirées.

Les conséquences des grossesses précoces et non désirées et des avortements provoqués sont nombreuses et dramatiques. Il s’agit notamment du rejet de la fille engrossée, de l’accouchement difficile, de l’abandon du nouveau-né, de la mort précoce, de l’interruption des études, de la fistule, du tétanos maternel et néonatal, de l’infection de la matrice, ….

Que faut-il faire ?

Le Programme National de Santé de l’Adolescent (PNSA) recommande aux adolescents et aux jeunes de s’abstenir des rapports sexuels avant le mariage ou d’utiliser correctement et systématiquement le préservatif en cas des rapports sexuels.

Le PNSA encourage le dialogue entre les parents et leurs enfants en matière de sexualité. Les adolescents et les jeunes sont appelés à canaliser leur énergie vers les études et les activités socioculturelles et récréatives et de fréquenter le centre des jeunes ou le centre de santé pour avoir des informations utiles sur la santé sexuelle et la santé de la reproduction. En cas de grossesse, il est recommandé de ne pas avorter et d’aller à la consultation prénatale et à la consultation post natale.

Par Norbert Tambwe

*

*

Monter

Login

Lost your password?