..."/>

Ngaliema : FSPD en guerre contre les mariages forcés et précoces des enfants au quartier Sanga-Mamba

L’opération a eu lieu avec l’appui financier de l’Ambassade du Canada

L’Organisation non gouvernementale de défense et de promotion des droits de l’homme « Femmes solidaires pour la Paix et le Développement » (FSPD)  s’en va-t-en guerre contre les mariages forcés et précoces  des enfants au quartier Sanga-Mamba, dans la commune de Ngaliema.

Ainsi, avec l’appui financier de l’Ambassade du Canada en RD Congo, l’Ong a initié une campagne de  sensibilisation contre ce type de mariage à l’endroit des femmes  et leaders communautaires de ce quartier réputé le plus pauvre de la commune de Ngaliema. La campagne a insisté sur  les causes et conséquences de ce fléau.

Cette démarche qui a débuté le 18 février,  a pris fin samedi 25 de ce mois aux complexes scolaires Mayana et Don Bosco, à Sanga-Mamba, avec comme objectif, sensibiliser  50 élèves dont 25 garçons et 25 filles, 100 femmes, 100 hommes leaders communautaires et politico-administratifs sur les causes et conséquences  des mariages forcés et précoces des enfants.

Motivation

Mme Desy Furaha, coordonnatrice nationale de FSPD, a expliqué le cadre de cette campagne de sensibilisation, surtout le choix du quartier Sanga-Mamba. Pour elle, Sanga–Mamba est une périphérie de Kinshasa qui est, comme toutes les autres périphéries,  confrontées aux problèmes de mariages forcés et précoces.

Etant donné que l’un des objectifs de son organisation est celui de promouvoir et protéger  les droits humains  des femmes et des enfants vulnérables, FSPD a jugé  bon de mener cette campagne de sensibilisation  dans ce faubourg afin de lutter contre les violations des droits des femmes et des enfants de cette banlieue par l’information sur leurs droits et les lois qui les protègent, a expliqué Mme Desy Furaha.

La coordonnatrice de la FSPD a indiqué que c’est depuis 2005 que son organisation a installé son antenne à Sanga–Mamba, et elle a eu le temps de palper les réalités de ce coin en échangeant avec les acteurs communautaires sur la lutte contre les grossesses précoces, les violences sexuelles.

Temps forts de cette campagne de sensibilisation

Cette campagne a débuté le samedi 18 février 2017 au complexe scolaire Mayana, à Sanga–Mamba où les leaders communautaires, les enseignants  de cette école ainsi que la population de ce coin étaient venus nombreux afin de suivre la communication faite par Me Fatuma Uwala Wela, avocate au Barreau de Kinshasa/Matete sur les causes et conséquences des mariages tant forcés que précoces des enfants.

A cette occasion, l’avocate a expliqué que les mariages forcés et précoces des enfants constituent un crime dont les auteurs sont soumis à des sanctions. Elle a précisé que l’auteur des mariages forcés et précoces des enfants  est puni d’une servitude pénale de 12 ans et d’une amende de 100.000 Fc.

Me Ferdinand Yodi,  avocat et chargé de protection et d’assistance juridique  à la FSPD,  a indiqué que le mariage est une affaire des hommes et des femmes qui ont atteint au moins l’âge de 18 ans. Pour lui, le mariage précoce et forcé est interdit par la loi.

C’est ainsi qu’il a exhorté les élèves du complexe Don Bosco à dénoncer chaque fois ces cas de mariage auprès des autorités de la police, des ONGDH… afin que les auteurs puissent subir la rigueur de la loi.

Notons que la campagne de sensibilisation contre les mariages forcés et précoces des enfants initiée par FSPD  a été agrémentée par la troupe théâtrale les Tuma-Haut du commandant Ngi.

Depuis sa création, FSDP milite pour le réarmement moral, psychologique et médical des femmes et jeunes filles victimes des violences sexuelles. L’Ong combat la discrimination et l’exclusion sous toutes ses formes dont sont victimes les femmes et jeunes filles.

Elle initie la campagne de sensibilisation  et de vulgarisation des lois et autres instruments juridiques régionaux et internationaux en matière des droits de l’homme. Cette organisation regroupe plusieurs associations de base à Kinshasa, au Kasaï-Central, Kasaï-Oriental, Bandundu, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Kongo-Central,  dans la province de l’Equateur…

Par Godé Kalonji

*

*

Monter

Login

Lost your password?