..."/>

Urgente et stricte application de l’Accord du 31 décembre 2016 vue des congolais : Un vrai coup de pouce du Parlement à la facilitation très attendue

Aubin et Kengo

Le double langage de la MP à bannir

Ainsi qu’il a été pompeusement annoncé hier jeudi par des médias nationaux et étrangers, la session ordinaire de mars du Sénat et de l’Assemblée Nationale a démarré mercredi dernier au Palais du Peuple en présence des membres du gouvernement et des chefs de corps constitués de la République.

Aussi curieux que cela puisse paraitre, les présidents de deux chambres du Parlement national ont prononcé leurs discours de circonstance dans des termes presque semblables en soulignant l’impérieuse nécessité et l’urgence d’appliquer strictement l’Accord du 31 décembre 2016 ayant sanctionné le dialogue politique inclusif conduit par la CENCO au centre interdiocésain de Kinshasa. Mais dans les allées du palais du peuple où siègent les deux chambres du parlement, les discours prononcés par les présidents de celles–ci ne reflètent pas du tout la réalité de penser et de croire des députés et sénateurs qui s’y côtoient.

En effet, les députés et les sénateurs de la Majorité Présidentielle (MP) qui influencent toutes les décisions dans ce parlement ne sont pas du tout disposés à laisser les coudées franches à leurs délégués qui négocient à la commission des arrangements particuliers dont les travaux trainent inutilement en longueur jusqu’à ce jour pour empêcher la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016.

Aux dernières nouvelles, on apprend que les travaux de ladite commission viennent d’être relancés, mais leur centre d’impulsion qui échappe totalement au contrôle de la CENCO  reste inchangé.

Comme on peut le constater, l’ensemble du peuple congolais auquel est venue se joindre la communauté internationale ne jure plus que sur l’urgence et la stricte application de l’Accord du 31 décembre 2016 pour contourner la débâcle qui menace dangereusement le pays. On pense généralement que pour arriver à ce résultat inespéré, il faut absolument que le double langage de la Majorité présidentielle (MP) au parlement et dans les autres centres de décision du régime politique en place au pays soit publiquement dénoncé.

Les discours de circonstance prononcés mercredi dernier au palais du peuple par le président de la chambre haute et par celui de la chambre basse continuent à faire des vagues en RDC. Mais à quand un vrai coup de pouce de Kengo et Minaku à la facilitation de négociations restantes assurées avec la même détermination par la CENCO ?

Chacun en ce qui le concerne peut–il user de son influence pour arrêter les interférences qui empêchent d’avancer vers le bout du tunnel ? Quelles preuves les députés et sénateurs de la MP qui bloquent tout ont-ils à présenter pour démontrer qu’ils font quelque geste pour faire avancer les « choses » en échange avec leur éligibilité à venir ?

Il faut que l’Accord du 31 décembre 2016 soit mis en œuvre hic et nunc pour que les choses sérieuses très attendues par tous puissent, enfin, commencer. Le peuple congolais peut-il encore attendre longtemps sans être tenté par le démon de l’autodestruction ? La parole est aux députés et sénateurs de la MP ainsi qu’à leurs maitres à penser.

Par Bamporiki Chamira

*

*

Monter

Login

Lost your password?