..."/>

En marge de la journée internationale des droits des consommateurs : Le collectif des défenseurs des consommateurs plaide pour les Congolais

Le collectif des défenseurs des consommateurs du Congo appelle la population congolaise à la vigilance sur ce qu’elle consomme. Ceci émane d’une déclaration faite par le président de la dite organisation, M. Christophe Tshibumbu wa Katanda, jeudi 16 mars 2017, dans le cadre de la Journée Internationale des droits des consommateurs célébrée le 15 mars de chaque année.

Pour cette structure des consommateurs du Congo, l’état des produits consommés dans le pays laisse à désirer. « Nous sommes dans l’insécurité parce que personnellement nous avons eu à mettre la main sur des importateurs des produits frais avariés, mais qui ont bénéficiés de la protection de certaines autorités et sont passés à coté », a fait savoir M. Tshibumbu.

« Contrairement à ce qui se passe en RDC », poursuit-il, « un pays qu’il qualifie d’hors normes, sous d’autres cieux il y a tout un programme pour la journée internationale des droits des consommateurs. Les gens réfléchissent sur toutes les questions liées à la consommation saine et aux consommateurs. Malheureusement, ici je ne sais pas si c’est l’ignorance ou c’est de la négligence. Personne ne prend la chose au sérieux. La question de la consommation perd sa place en RDC. On consomme n’importe quoi, n’importe comment ».

 Il sied de signaler que cette organisation des consommateurs du Congo est déterminée à dénoncer tous les abus dont sont victimes les Congolais de la part de tous ceux qui fournissent les consommables, y compris les services.  Le but est de pousser le pouvoir à récupérer la situation afin d’améliorer la situation des consommateurs.

Une piste de solution

C’est ici que le collectif des défenseurs des consommateurs du Congo propose la création d’une caisse de subvention sociale. Il faut que tous les Congolais et les consommateurs sachent qu’il y a possibilité de vivre comme il se doit sans qu’on augmente les salaires, a précisé Christophe Tshibumbu wa Katanda.

Pour ce dernier, l’intervention de la caisse de subvention sociale dans les transactions des consommateurs du Congo fera remonter sensiblement le pouvoir d’achat des agents, travailleurs et fonctionnaires de l’Etat qui croupissent dans la misère noire. Avec la  comptabilisation de tous les reliquats, on a un budget qui dépasse celui qui est discuté au parlement, a-t-il martelé.

A travers la dite caisse, le collectif des défenseurs des consommateurs du Congo compte, avec l’appui du pouvoir, diminuer le prix du Kilowatt/heure pour la SNEL et celui du mètre cube d’eau pour la REGIDESO et cela sans préjudice aux intérêts de ces sociétés ; prendre en charge l’intégralité de la consommation d’eau et d’électricité pour tous les abonnés du réseau domestique, subventionner à hauteur du tiers le prix du carburant à la pompe, subventionner dans une certaine proportion les produits de premières nécessité comme les vivres frais, le riz …, a ajouté le président du collectif.

Ce projet, explique M. Tshibumbu, a un double aspect  bénéfiques : il va ramener au Trésor Public plusieurs centaines de milliards de Francs Congolais et va créer des emplois. En effet, la récolte des reliquats auprès des différents opérateurs économiques nécessitent une main d’œuvre et non de moindre. Un gouvernement responsable et surtout conscient des difficultés financières dans lesquelles se trouve le pays (Budget 2017 inferieur au Budget 2016) ne peut se permettre de négliger une telle opportunité, a-t-il précisé.

Le collectif des défenseurs des consommateurs du Congo confirme avoir saisi le gouvernement pour l’accomplissement de ce projet depuis l’année 2013, sous la houlette du Premier ministre sortant Augustin Matata Ponyo qui avait vite réagi en demandant de faire des investigations en vue de lui proposer des mesures idoines. Malheureusement, après cette réaction, le processus a été bloqué jusqu’à ce jour.

« Il n’est pas normal que le pouvoir continue à faire la sourde oreille alors qu’il s’agit d’un sérieux problème dont la négligence mène tout droit vers l’explosion », a déploré le président du collectif des défenseurs des consommateurs du Congo. Il a précisé : « Nous restons à l’entière disposition du pouvoir pour négocier les modalités pratiques en vue de réaliser notre projet pour les consommateurs du Congo que nous sommes tous ».

Par Carroll Madiya

*

*

Monter

Login

Lost your password?