..."/>

Du 21 septembre au 21 novembre : Pola expose ses toiles au Pullman Grand Hôtel Kinshasa

L’artiste Pola expose depuis le 21 septembre dernier ses treize toiles dans les couloirs du Pullman Grand Hôtel Kinshasa, en compagnie de deux collègues. Il s’agit de douze tableaux dans les tons ocre, vermillion, jaune, avec des touches bleues et vertes. Ces œuvres ont la particularité d’avoir été peintes à l’huile, avec des parties à l’eau, sur velours noir. Il y a aussi une toile peinte sur tissu, intitulée « Effort », représentant un jeune en gros plan accroupi, avec trois autres hommes en arrière plan, tous effectuant un travail.

Tableaux sur velours noir

Les toiles sur velours représentent des zèbres, des aigles, un gorille mais aussi un portrait de Nelson Mandela et un autre de Bob Marley.   Pola a expliqué que peu d’artistes travaillent sur velours noir à Kinshasa. Le peintre a signalé que pour exposer au Pullman Grand Hôtel Kinshasa, il faut disposer d’au maximum de 25 toiles. Les tableaux sont évalués de 300 à 500 dollars pièce.

Pola a détaillé sa méthode de travail. Elle réalise ses avant-projets sur papier, qui sont finalisés sur toiles. Evoluant sans maître, hormis l’enseignement reçu de l’ABA, l’artiste travaille dans son atelier à domicile, au quartier Ngilima II, dans la commune de Matete. Elle a déjà exposé à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa et aussi à l’ex « Grand Libulu », dans la commune de la Gombe. L’auteur a fait remarquer que ces toiles constituent son travail de fin de cycle de graduat, de l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa. Elle a précisé qu’à ce niveau, le thème est libre, alors que dans les années précédentes, le thème était imposé.

De l’UNIKIN à l’Académie des Beaux-arts

L’artiste Pola, de son vrai nom Marlette Phola, est née le 26 mai 1995 à Matadi au Kongo Central. Deuxième d’une famille de sept enfants (trois garçons et quatre filles), rien dans son entourage ne la prédispose à l’art. Son père est médecin et sa mère est infirmière-éducatrice. Après des humanités en pédagogie générale, elle s’inscrit à l’Université de Kinshasa (UNIKIN) en communication, à la faculté de lettres. S’ennuyant ferme sur les bancs de « la colline inspirée », Pola se dirige vers l’Académie des Beaux-arts, malgré l’opposition de son père.

Par Yves Mitondo

*

*

Monter

Login

Lost your password?