..."/>

Le marché de Lufu asphyxié par des taxes excessives et le phénomène  » Collabos « 

???????????????????????????????

Situé dans le territoire de Songololo, à environ 90 Kms de Matadi, capitale de la province du Kongo Central, le marché transfrontalier de Lufu connaît une grande baisse d’activités. Surtout du coté de la République Démocratique du Congo.

De nombreux observateurs qui le fréquentent régulièrement voire certaines autorités politico-administratives locales dont Madame Béatrice Lemvo Sukama, Administrateur du territoire Adjoint de Songololo en charge de l’Economie, Finances et Développement  le confirment davantage. Il suffit  d’y effectuer une descente le week-end pour se rendre à l’évidence.

 Selon des marchands tant congolais qu’angolais approchés, les taxes excessives leur infligées par la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA) ainsi que les diverses tracasseries auxquelles les soumettent les  » collabos  » qui ne sont autres que  des personnes recrutées abusivement par la DGDA avec pour mission de contrôler systématiquement les documents de dédouanement pour tout article en provenance d’Angola seraient à l’origine de cette baisse d’engouement à Lufu.

Par contre du coté d’Angola,  tout baigne dans l’huile et on ne déplore pas de  taxes jugées illégales ou montées de toutes pièces pour rançonner les paisibles marchands.

Mais, qui est l’initiateur de ce phénomène dit  » collabos  » tant décrié au marché de Lufu ? Cette préoccupation continue  à soulever des vagues de mécontentements parmi les commerçants fréquentant cet important lieu de négoces. Le silence de la haute hiérarchie de la DGDA/Kinshasa sur cette question laisse aussi pantois plus d’un observateur.

Ce qui écœure et scandalise davantage les opérateurs économiques, c’est le fait que ces fameux  » collabos  » opèrent en toute quiétude le long de la principale voie traversant ledit marché transfrontalier, et cela au vu et au su de tout le monde. Ce qui exacerbe la colère des autorités territoriales de Songololo qui ne veulent plus de leur présence à ce marché. Car, leurs activités sont synonymes de tracasseries on ne peut plus avérées qu’ils infligent aux marchands.  Aussi, d’importantes sommes d’argent qu’ils glanent çà et là prennent la direction de leurs poches en lieu et place du trésor public qui en a grandement besoin.

Face à cette situation scandaleuse, la Direction Générale de la DGDA qui est interpellée doit effectuer une descente au plus vite sur les lieux pour mettre de l’ordre dans sa boutique et, éventuellement, sanctionner les initiateurs de ce phénomène. Ce n’est que de cette manière que le marché transfrontalier de Lufu pourra retrouver son engouement d’antan.

Par Dieudonné Muaka Dimbi)

*

*

Monter

Login

Lost your password?