..."/>

Kinshasa : le boulevard Triomphal réaménagé

Les habitants de la ville de Kinshasa assistent, depuis une dizaine de jours, aux travaux de réaménagement du boulevard Triomphal. Cette artère de la capitale de la République Démocratique du Congo sépare les communes voisines de Lingwala et Kinshasa, d’une part, de celle de Kasa-Vubu, d’autre part.

Elle relie l’avenue de la Démocratie (ex-24 Novembre), à l’avenue Kasa-Vubu et s’étend sur une longueur de 2,165 kilomètres, pour une largeur de 16 mètres.

A la lumière d’un document de l’Agence Congolaise des Grands Travaux (ACGT), le boulevard  Triomphal et le boulevard Sendwe, qui est en fait le prolongement du 1er, ont été modernisés au cours de la période allant de décembre 2009 à décembre 2011. Ce double projet a coûté une bagatelle somme, réelle ou surfacturée, de 29.234.927,99 US$ (environs 30 millions de dollars américains).

Usage du béton armé

Contrairement à l’avenue Kasa-Vubu qui a été construite en béton armé depuis les années quatre-vingt-dix sous le régime du maréchal Mobutu, le boulevard Triomphal n’a pas duré longtemps. Il était parsemé  des nids de poule, alors que l’avenue Kasa-Vubu demeure toujours intacte.

Ce caractère éphémère prouve le manque de sérieux avec lequel les travaux de modernisation de cette voie ont été exécutés, mais aussi la négligence qui a caractérisé les autorités congolaises, du reste habituées à gonfler les factures pour les travaux publics, afin d’en tirer des dividendes.

Aujourd’hui encore, les engins déployés sur le chantier procèdent de la même manière que lors de la modernisation du boulevard du 30 Juin. Serpentant la commune de la Gombe, ce boulevard porte déjà des fissures à plusieurs endroits.

En 2016, le pont jeté sur le boulevard du 30 Juin, au niveau du rond point SOCIMAT, s’était affaissé. La réhabilitation de ce pont a certainement coûté chère au Trésor public. Elle a, sans nul doute, donné aux tripatouilleurs l’occasion de gonfler les factures, au moment où les usagers du boulevard essuyaient les affres des embouteillages.

C’est dire qu’après les travaux actuels, la dégradation rapide du boulevard Triomphal est prévisible car, toutes choses restant égales par ailleurs, cette artère de la voirie urbaine sera également fissurée, avant de se détériorer totalement. La solution c’est l’usage du béton armé. Partout où il a été   utilisé dans la ville de Kinshasa, le béton armé résiste aux intempéries et à l’usure d’exploitation, notamment par les engins de grand tonnage.

Par Asiyeshindwa

*

*

Monter

Login

Lost your password?