..."/>

A l’occasion de la 4ème de la semaine de la science et des technologies : L’ingénieur Abdou Salam Ndiath a expliqué les applications pacifiques du nucléaire

les applications pacifiques du nucléaire

Lutter contre la faim, contribuer à la sécurité et à la paix, assurer une eau tant propre que saine, s’adapter au changement climatique. Ce sont quelques-unes des utilités du nucléaire civil, telles qu’avancées par l’ingénieur Abdou Salam  Ndiath hier mardi 18 avril à l’Institut de la Gombe.

L’homme s’exprimait lors de la conférence intitulée :  » L’Afrique et les applications pacifiques du nucléaire « .  C’était avec l’appui du Commissariat à l’Energie Atomique (CEGEA), à l’occasion de la quatrième édition de la semaine de la science et des technologies.

Tombant la veste, l’intervenant a expliqué que par exemple, l’utilisation du nucléaire permettait de contribuer à la création de nouvelles espèces de plantes. Cette technique a cours notamment en Afrique de l’ouest et en Asie. Il y a aussi parlé de lutte contre la prolifération des insectes nuisibles. Ainsi, Abdou Salam  Ndiath a signalé que des insectes exposés à des radiations devenaient stériles. Lorsqu’ils s’accouplent, ils n’engendrent pas de descendance, ce qui fait baisser leur population.

15% de l’énergie électrique consommée dans le monde d’origine nucléaire

Dans le cadre de la santé, il y a le recours aux rayons x pour les radios. Cela permet de détecter les lésions corporelles internes. Le nucléaire permet aussi le traitement de divers cancers par radiothérapie, en s’attaquant aux tumeurs. Il y a encore l’analyse du sang grâce à la technologie nucléaire. Cette même technologie permet par ailleurs la datation des nappes d’eau souterraines. Les chercheurs sont alors à même de savoir s’ils se trouvent en présence de nappes d’eau fossiles ou autres.

L’énergie nucléaire, s’il elle a des désagréments, peut s’avérer moins polluante que certaines énergies fossiles comme le charbon et le pétrole. L’orateur n’a pas manqué de signaler que 15% de l’énergie électrique consommée dans le monde provient des quelques 400 centrales nucléaires disséminées à travers la planète.

 Abdou Salam  Ndiath a souligné l’apport du nucléaire dans l’industrie, l’innovation et les infrastructures. Ainsi, certains appareils servent à détecter des fissures dans des structures en métal ou encore béton. Cela s’avère particulièrement utile pour percevoir des défauts dans le fuselage d’un avion ou dans la coque d’un bateau, avant d’envoyer ces appareils respectivement dans les airs et sur les flots.

Combattre la prolifération des armes nucléaires

Abdou Salam  Ndiath, administrateur des programmes  au département des applications techniques l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), s’est livré à un véritable plaidoyer pour les applications pacifiques du nucléaire. Il en aussi profité pour faire connaitre au public, composé surtout d’élèves, l’AIEA.

Cette agence est en 1957, suite à la prise de conscience des dangers des applications militaires de l’énergie nucléaire notamment avec les bombes atomiques. Basée à vienne, capitale de l’Autriche, l’AIEA combat notamment la prolifération des armes nucléaires. Elle œuvre pour le transfert de technologie dans le nucléaire civil. Ainsi en 2015, elle a alloué quelques cent millions d’euros dans la coopération.

Par  Yves Mitondo

*

*

Monter

Login

Lost your password?