..."/>

Monitoring des violations des droits de l’homme : L’ONU recense 466 cas d’atteintes au mois d’Avril

Le BCNUDH note une forte augmentation du nombre d’exécutions sommaires ou extrajudiciaires

Durant le mois d’avril   2017, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme(BCNUDH) a documenté  466 violations des droits de l’homme sur tout  le territoire de la RD Congo.  Selon l’agence Onusienne, ce chiffre représente une baisse par rapport au mois de mars 2017, au cours duquel 547  violations avaient été documentées.

Le BCNUDH a toutefois noté une forte augmentation du nombre d’exécutions sommaires ou extrajudiciaires documentées en avril 2017 (234 victimes, soit plus du double par rapport au mois précédent, dont 172 attribuables aux agents de l’Etat et 62 à des combattants de groupes armés).

Sur l’ensemble du territoire de la RDC, les agents de l’Etat ont été responsables de plus de 62% des violations des droits de l’homme documentées en  avril 2017, soit 290 violations. Les groupes armés tous confondus ont quant à eux été responsables de 176 violations, soit près de 38% du nombre total de violations  enregistrées sur l’ensemble du territoire.

Le BCNUDH signale que parmi les agents de l’Etat, les principaux auteurs des violations des droits de l’homme documentées au mois d’avril 2017 sont, contrairement au mois précédent, les militaires des FARDC, responsables de 123 violations soit plus de 26% du nombre total de  violations enregistrées sur l’ensemble du territoire.

L’agence onusienne note que les militaires des FARDC ont été responsables d’un nombre alarmant d’exécutions extrajudiciaires, faisant au moins 164 victimes, dont sept femmes et 45 enfants, principalement dans la province du Kasaï Central lors d’opérations contre la milice de Kamuina Nsapu.

Les FARDC sont accusés par le BCNUDH d’avoir  également commis 36 violations du droit à l’intégrité physique (avec 98 victimes, dont huit femmes et cinq enfants victimes de viol) et 33 violations du droit à la liberté et la sécurité de la personne sur 82 victimes.

Trop d’arrestations arbitraires

Le BCNUDH se dit préoccupé par le nombre important de victimes d’arrestation arbitraire ou de détention illégale par les agents de la Police nationale congolaise (PNC) en avril 2017, notamment dans le cadre de restrictions de l’espace démocratique.

Au cours du mois d’avril 2017, le BCNUDH signale que les agents de la PNC ont été responsables de 117 violations, dont 49 violations du droit à la liberté et à la sécurité de la personne sur 370 victimes, dont 53 femmes et 44 enfants. Il fait remarquer dans son rapport qu’en avril 2017, 323 violations des droits de l’homme ont été commises par toutes les parties dans les  territoires affectés par le conflit, ayant causé la mort d’au moins 225 civils. Dans ces territoires, au moins 176 violations ont été commises par des combattants de groupes armés (causant la mort d’au moins 62 civils), tandis que les 147 autres ont été commises par les agents de l’Etat (causant la mort d’au moins 163 civils).

Parmi les groupes armés, et contrairement aux mois précédents, ce sont des combattants de divers groupes Mai-Mai qui ont commis le plus grand nombre de violations documentées, à savoir 46 violations soit plus de 14% du nombre total des violations commises dans les zones affectées par le conflit, signale le BCNUDH. Les militaires des FARDC ont quant à eux commis 68 violations dans les zones touchées par le conflit.

 Au cours du mois d’avril 2017, le BCNUDH a documenté 87 violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales liées à des restrictions de l’espace démocratique sur l’ensemble du territoire congolais. Ce nombre porte à 1.626 le nombre total de violations de ce type depuis le 1 janvier 2015, dont 264 depuis le 1 janvier 2017.

Les violations les plus rapportées sont les atteintes à la liberté de réunion pacifique (24 violations), au droit à la liberté et à la sécurité de la personne (21 violations) et à la liberté d’opinion et d’expression (20 violations), principalement dans les provinces du Haut-Katanga (15 violations), du Kongo Central (13 violations), de Kinshasa et du Nord-Kivu (11 violations chacune).

Les membres de partis politiques (108 victimes) et d’organisations de la société civile (59 victimes) ont été particulièrement visés.  Le BCNUDH déplore également les menaces et les attaques documentées au cours du mois d’avril contre au moins six journalistes ou professionnels des médias.

Sauvagerie au Kasaï

Le BCNUDH a continué de documenter de graves violations et atteintes aux droits de l’homme commises dans les provinces du Kasaï.  Les résultats des enquêtes menées en avril 2017 tendent à démontrer un usage disproportionné et indiscriminé de la force, y compris létale, par les forces de défense et de sécurité congolaises ayant conduit à l’exécution extrajudiciaires d’au moins185 personnes, dont 16 femmes et 53 enfants, à Kananga, Tshimbulu et Muzodi (Kasaï Central) lors d’opérations contre de présumés miliciens en mars et avril 2017.

Le BCNUDH a également documenté de graves atteintes aux droits de l’homme commises par des membres de la milice de Kamuina Nsapu, notamment l’exécution sommaire d’au moins 28 personnes, dont deux femmes, principalement dans la province du Kasaï.

Ces violences ont par ailleurs alimenté les tensions intercommunautaires entre Tsiokwe/Pende et Luba/Lulua, conduisant à la mort d’au moins 38 personnes, dont huit femmes et huit mineurs, essentiellement de la communauté Lulua, dans plusieurs localités du territoire de Kamonia(Kasaï).

Dans le cadre de son mandat, le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) assure une surveillance étroite de la situation des droits de l’homme et procède à des analyses des tendances relatives à cette situation dans le pays.

Ces tendances  sont régulièrement partagées avec les autorités afin qu’elles prennent les actions nécessaires, y compris  traduire en justice les auteurs présumés des violations des droits de l’homme documentées, et sont  présentées de manière mensuelle à la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies.

Par Godé Kalonji

*

*

Monter

Login

Lost your password?