..."/>

La dégradation de l’avenue Kasaï inquiète les usagers

Etat de délabrement de l'avenue Bokasa à Kinshasa.

La dégradation de l’avenue Kasaï commence déjà à susciter des inquiétudes de la part des usagers de cette route. Dans son tronçon compris entre le centre hospitalier Boyambi et le Collège John Mabuidi de l’armée du Salut, un grand trou s’est creusé, occasionnant des embouteillages, surtout pendant les heures de pointe. Plus loin encore, le spectacle est désolant lorsqu’en pleine saison sèche, des eaux stagnent, et causent ainsi de la peine aux chauffeurs des taxis et taxis-bus de circuler en toute quiétude.

L’image que donne cette grande artère de la capitale, à ce jour, suscite des interrogations de la part de certains passants vu l’importance capitale de cette voie. Une route qui est beaucoup plus sollicitée par ceux qui se rendent souvent au grand marché puisqu’une autre route principale, Lwambo Makiadi Franco (ex-Bokasa), se trouve actuellement dans un état impraticable. En plus, cette grande artère s’est transformée en une décharge publique, et certains endroits ont été pris d’assaut par des vendeurs exerçant leur petit commerce sans être inquiétés.

    La lenteur observée dans la réhabilitation de ladite voie ne peut que susciter des questions du moment où sa dégradation avancée n’attire pas encore l’attention de l’autorité urbaine. Et pourtant, le message a été déjà lancé à l’endroit des autorités compétentes pour que cette avenue retrouve sa belle robe d’antan. Jusqu’alors, rien n’est encore fait sur terrain, et la chaussée se détruit davantage.

Le moins que l’on puisse dire, est que les avenues du Centre ville se détériorent comme si l’on était dans des coins les plus reculés de la capitale. Le comble est que l’intervention n’a pas toujours été spontanée dans le but de minimiser les dégâts et permettre au trésor public de ne pas engager trop de dépenses inutilement.

Le manque d’entretien et de suivi des routes en République Démocratique du Congo (RDC) serait à la base d’une telle négligence parce que personne ne sera en mesure de lancer l’alerte en temps réel. Question de permettre au service compétent de pouvoir réhabiliter sans aucun problème les routes dégradées.

Des avenues réhabilitées à Gombe

Selon le constat fait, quelques avenues bénéficient de travaux de réhabilitation dans la commune de la Gombe. Cependant, d’autres artères détruites ne sont pas encore concernées par le programme, à l’instar notamment de l’avenue Kasa-Vubu où un grand trou est visible entre les avenues Tabu Ley Rochereau (ex-Tombalbaye) et Commerce, de l’avenue Wangata qui connaît le même problème entre les avenues Isokia et Itaga ainsi qu’au croisement des avenues Tabu Ley et de la Démocratie (Ex-Huileries).

Il convient de signifier aussi que le bouchage des caniveaux sur la première avenue, a occasionné l’envahissement des eaux sales sur une grande partie de la route, empêchant ainsi aux piétons de passer normalement.

PAR TSM

*

*

Monter

Login

Lost your password?