..."/>

Quand une épouse demeure une source de bonheur pour son ménage

mariés

En créant l’homme et la femme, Dieu a voulu à ce que les deux êtres puissent perpétrer l’espèce humaine dans un cadre précis qu’est le mariage. C’est ainsi que l’homme à l’obligation de quitter son père et sa mère pour s’attacher à sa femme dans le but de fonder leur foyer. Dans une union conjugale, il convient de souligner que chacun des époux à un rôle à jouer pour assurer notamment la stabilité, la quiétude et le bonheur du couple.

Concernant la femme, particulièrement, l’instigateur du mariage l’a dotée des qualités uniques susceptibles de contribuer positivement pour le bien-être du ménage. En elle, se trouve le bonheur conformément aux Saintes écritures qui mentionnent que celui qui trouve une femme, trouve le bonheur y compris également sa capacité de bâtir sa maison déclare un verset biblique. Ne dit-on pas qu’une femme sage bâtit sa maison ? Passer outre cette recommandation, c’est la destruction du foyer qui s’en suit.

Le vrai problème dans tout cela  réside dans le choix d’une femme capable de pouvoir mettre en pratique toutes ses qualités naturelles au bénéficie de son mari et de ses enfants. Le choix, faut-il le signifier, demeure la plus dure décision d’un homme qui veut s’engager définitivement à une femme pour le restant de sa vie. Il convient de marteler qu’un mauvais choix seras la source de plusieurs maux lorsque l’incompatibilité entre les deux conjoints est prouvée.

Prendre conscience de ses potentialités

Même si l’harmonie conjugale dépend de l’homme et de la femme, cette dernière doit, parce que nous parlons d’elle, prendre conscience de ce qu’elle représente dans son ménage. C’est à cette épouse de savoir utiliser ses ressources pour jouer véritablement son rôle dans un monde où le mariage subit toutes sortes de secousse.

Ayant la lourde mission de faire le bonheur de son couple et de le bâtir, la maîtresse de la maison n’a pas droit à l’erreur aussi longtemps qu’elle tient à l’épanouissement des siens. Ainsi, celle qui s’ignore est redoutable étant donné qu’elle est en mesure de détruire non pas seulement son propre avenir mais également celui de son mari et de ses enfants.

Cela sous entend que par sa manière d’agir, une femme avisée pourras garantir à toute la famille la stabilité dont elle a besoin malgré certains égarement de son partenaire. C’est ce qui justifie aussi le caractère sacré de cet être féminin qui, une fois tombée dans l’infidélité, attire le malheur et le mari en subit généralement les conséquences néfastes dans ses différentes entreprises.

Pour prévenir ce genre des malédictions, certaines provinces, à l’instar du Kasaï a mis l’épouse face à l’épreuve de la fidélité, en instaurant le « Tshibawu » afin de mettre toute la maison à l’abri. Bien que cette pratique suscite de la polémique, certaines personnes l’encouragent et soutiennent que même la bible réserve une sanction sévère à une conjointe infidèle. D’ailleurs, soutiennent-ils, c’est l’unique motif que Dieu autorise à un mari de pouvoir répudier sa femme quelle que soit la durée du mariage.

Au regard de cette réalité, la famille est appelée à bien préparer la jeune fille censée devenir une épouse. Enseigner à ces futures mariées leur place dans le ménage au moyen d’une instruction constitue le meilleur gage possible, pour elle, de savoir mettre en pratique ses différentes potentialités au service de son foyer.

Par Tantia Sakata

*

*

Monter

Login

Lost your password?