..."/>

Les médecins reprennent le travail, mais la grève des infirmiers se radicalise

Infirmières de l'hôpital général de Kinshasa, janvier 2011.

Les médecins œuvrant dans les hôpitaux publics ont repris le travail depuis mardi 5 septembre.  Dans quelques hôpitaux publics,, notamment l’hôpital général de référence de Kinshasa et l’hôpital pédiatrique de Kalembelembe, quelques malades viennent pour la consultation. Des médecins trouvés dans leurs cabinets, assurent qu’ils consultent déjà et attendent les patients.

Si les travaux de nettoyage et de remise en état effectués depuis mardi 5 septembre sont finis et les équipements déjà en place au pavillon 20 des urgences à l’hôpital général de référence de Kinshasa, les malades eux continuent encore à hésiter.

«  Nous avions reçus certains malades et d’autres sont en train de venir. Il n’y a pas beaucoup de malades parce que certains compatriotes avaient à l’esprit que les médecins étaient en grève et qu’il ne fallait pas se rendre dans des hôpitaux publics de l’Etat », confie un médecin.

Radicalisation de la grève des infirmiers

Alors que les médecins ont repris le service,  différents syndicats d’infirmiers appellent ces derniers  à ne pas prester jusqu’à la satisfaction de leurs revendications. Les médecins sont donc contraints de s’adonner aux services réservés aux infirmiers.

« Nous sommes en grève. Les revendications sont connues. La grève est radicale pour nous les infirmiers. Que tu sois autorité ou simple citoyen mais c’est l’infirmier qui viendra chaque fois à ton chevet. Tu es né à l’aide de l’infirmier et tu mourras tout en étant pris en charge par l’infirmier. Malheureusement le gouvernement ne nous reconnait pas », se plaint un infirmier.
Les syndicats des infirmiers poursuivent les pourparlers  avec le gouvernement congolais sur leurs revendications.

*

*

Monter

Login

Lost your password?