..."/>

Football : L’AC Rangers, le super champion du centenaire de Kinshasa

ac_rangers_de_kinshasa

Lambert Osango : « A la Linafoot, nous allons d’abord jouer pour le maintien »

Huit ans après sa création, l’Academic club Rangers a touché cette année au firmament du football de la ville de Kinshasa. Le club noir et blanc né en 2008 de la dislocation de FILAS a remporté la 100ème édition du championnat de ce qui est devenu aujourd’hui l’Entente provinciale de football de Kinshasa, la division d’honneur de la Ligue de football de Kinshasa.

Avec, en prime, le titre honorifique de super champion de la ville-province mais surtout l’accession à la Ligue nationale de football, la cour des grands du ballon rond congolais. La seule compétition qui lui aura échappé  cette saison étant donné la Coupe du Congo dont la phase finale s’est disputée à Kindu.

Cette montée fulgurante surprend-t-elle la direction de cette jeune formation sportive ?

 Lambert Osango, le tuteur-président des champions du centenaire, ne le pense pas : « Pas du tout. Car, tout au long de l’évolution du club au championnat de Kinshasa, il y a toujours eu espoir. Beaucoup d’efforts ont été fournis pour atteindre ce niveau. Nous ne sommes pas surpris. Nous pouvons simplement dire que nous sommes fiers d’atteindre ce niveau parce que c’est le fruit d’un grand travail de longue durée ».

Pour cet ancien dirigeant du Daring club Motema Pembe, le secret de cette réussite se trouve dans le travail : « Dans l’idéologie de l’équipe, nous prônons toujours la discipline, le travail et l’excellence. Et, les jeunes-gens se donnent toujours à fond pour obtenir les résultats. Des résultats pas seulement pour le club, mais aussi dans l’espoir d’améliorer leur propre vie. Un joueur de Rangers sait que demain il ne sera pas de l’équipe s’il travaille durement. C’est au vu de tous ces éléments que nous avons obtenu tous ces résultats si positifs. Beaucoup de joueurs sont partis, pratiquement chaque année ».

De la formation au transfert à l’ambition d’aller plus haut

A partir de quel moment l’AC Rangers a-t-il opté pour la montée alors que, visiblement, il donnait avant l’impression de travailler pour le maintien à l’EPFKIN et le transfert de bons éléments pour d’autres cieux ?  « A la création du club, déclare Lambert Osango, l’objectif était la formation. Lorsqu’on forme, c’est pour exposer les talents de l’athlète. Je ne vais pas cacher que Rangers a toujours cet objectif : donner l’espoir de vie et d’émergence à l’athlète. C’est depuis 2008 que cette option a été prise.

Il y a des joueurs qui partent après 3 ans. C’est le cas de Firmin Mubele. Il a fait deux ans dans l’équipe. La troisième saison, il est parti. En Europe, cela arrive également. Tel Ndembele qui débarque dans FC Barcelone. C’est un processus normal. D’autres ne font qu’une année et passent ». Maintenant au championnat de la Division I, l’objectif de Rangers est de se maintenir : « L’objectif de Rangers, c’est toujours l’excellence. A la Linafoot, nous allons d’abord jouer pour le maintien.

C’est ce qui vient tout juste après la formation qui est l’objectif primordial. Nous nous sommes fixés cet objectif et nous mettrons de petits moyens qu’il faut pour l’atteindre. La deuxième saison, nous aurons d’autres objectifs. Il faut travailler objectivement parce que la Linafoot, c’est la division d’honneur de la RDC qui est classée au plus haut niveau. Nous devons travailler pour atteindre nos objectifs, il n’y a pas autre chose ».

Des joueurs à l’attente du pardon

Dans l’histoire de l’AC Rangers, il y a des joueurs qui ont été radiés pour un comportement antisportif au cours d’une saison d’une compétition nationale, quel est leur sort aujourd’hui ? Lambert Osango répond : « Nous attendons la fédération. Nous avions sollicité le pardon du président de la FECOFA, le président Constant Omari. Ces joueurs sont depuis passés par plusieurs formations, des séances de travail  pour comprendre le football qui est la joie, le fair-play.

C’est vrai qu’il y a des résultats qui peuvent faire mal. Ces jeunes-gens, et d’autres qui n’avaient commis aucun forfait, ont compris qu’il faut simplement s’adonner au jeu, rien que le jeu, parce qu’ils n’ont pas d’autres formations professionnelles. Nous pensons que le président Omari et tout son comité exécutif peuvent avoir le souci de pardonner ces jeunes qui sont à la maison et qui n’attendent que ce pardon, ce salut. Et, nous pensons qu’avec Dieu, nous sommes certains qu’ils seront pardonnés ».

Par JC Lomboto

*

*

Monter

Login

Lost your password?