..."/>

Enrôlement dans l’espace kasaïen: le lancement effectif depuis hier mardi

ceni-enrolement

Le problème est que l’opération désormais en cours dans cette partie du pays est partie pour durer 90 jours, un délai au-delà de la période prévue par l’Accord de la Saint Sylvestre pour la tenue des élections, notamment la présidentielle!

L’opération d’identification et d’enrôlement a été  effectivement lancée, hier mardi 12 septembre, dans la province du Kasaï central, dans celle du Kasaï et dans les territoires Luilu et Kamiji dans la province de Lomami par la CENI (Commission électorale nationale indépendante).  Une opération désormais lancée après le premier rendez-vous manqué. Partie pour durer 90 jours, elle est intervenue après la caravane motorisée organisée un jour et qui a été conduite par le rapporteur de la centrale électorale, Jean-Pierre Kalamba.

Ainsi, les prévisions livrées du côté de la CENI parlent de 1.500.000 électeurs attendus à l’issue de l’opération. Des sources dans le Kasaï central indiquent que la première carte d’électeur a même été établie et délivrée. C’est le vice-président de l’Assemblée provinciale de cette province, Ambroise Mukenge qui a été servi en premier à l’EP Buena Muntu de Kananga.

Pour un début, ces sources ont encore relevé qu’il y a engouement. De nombreuses personnes se sont précipitées pour obtenir leurs cartes d’électeur. Surtout que la centrale électorale s’était préparée pour le lancement de cette opération dans une province qui, pour des raisons d’insécurité, ne pouvait recevoir jusque-là l’opération d’identification et d’enrôlement. Depuis lors, le calme est revenu.

Ce qui a permis à la CENI de lancer officiellement l’opération d’identification et d’enrôlement. Le plus grand problème demeure le risque de voir le temps imparti par l’Accord politique du 31 décembre 2016 être dépassé. Une situation qui va surement créer un problème juridique dans le pays où la plupart des institutions sont hors-mandat.

Au niveau de la CENI, on relève que l’enrôlement va être clôturé entre décembre 2017 et janvier 2018 pour respecter les 90 jours prévus dans ce genre d’opération. Et pourtant, c’est au même mois de décembre 2017 que les élections, notamment la présidentielle, sont attendues. Si jamais ce délai n’est pas respecté, la tension risque d’être vive dans le pays. Surtout quand on sait que l’opposition tient au respect du délai fixé par l’Accord de la Saint sylvestre. C’est ainsi qu’elle appelle la CENI à la publication du chronogramme des scrutins.

Aussi pour l’opposition, si les élections ne sont pas organisées dans le délai fixé par cet accord, le régime de Kinshasa doit tirer toutes les conséquences. L’opposition parle d’une transition sans l’actuel chef de l’Etat, dont le second mandat avait pris fin depuis le mois de décembre 2016. Concernant l’opération d’enrôlement dans le Kasaï central, les consignes ont été données pour donner la priorité aux femmes enceintes et aux personnes âgées. C’est ainsi que les agents dans les centres d’inscription sont instruits à mettre chaque fois en place deux rangées afin d’accueillir séparément les hommes et les femmes.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?