..."/>

En visite dans la région du Kasaï : La Cenco et le Nonce Apostolique plaident pour une aide humanitaire urgente

cenco Le Nonce Apostolique Mgr Utembi et Mgr Madila

La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) appelle à une synergie d’actions humanitaires pour les victimes du Kasaï. C’est depuis le 07 septembre 2017 que le Président de la dite Conférence, Mgr Marcel Utembi et le Nonce Apostolique, Mgr Montemayor effectuent une visite dans cette région de la RDC. Au cours de cette visite, ils ont déjà rencontré les représentants des agences humanitaires qui travaillent dans ce coin de la République.

C’est dans ce sens qu’ils ont plaidé pour des interventions urgentes en faveur des enfants et des  personnes âgées affectées par les violences qui ont secoué la région du Kasaï. Des violences à la base d’une grave crise humanitaire qui a provoqué le déplacement d’environ 1,4 million de personnes à l’intérieur du pays et prés de 33.132 autres vers l’Angola.

Ce qui inquiète est que dans un bulletin d’information datant du 21 aout 2017, le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires de l’ONU en RDC (OCHA/RDC) a indiqué que la crise majeure de la région du Kasaï intervient au moment où le financement de la réponse humanitaire n’a jamais été aussi bas depuis dix ans. La réponse humanitaire en cours ne toucherait que près de 156.000 personnes.

Les bénéficiaires de cet appel espèrent que la voix de deux Evêques se joindra à celle des acteurs humanitaires, regroupés autour d’OCHA, pour renforcer le plaidoyer en faveur des victimes du conflit des affrontements entre l’Armée nationale et les miliciens du chef coutumier Kamuina Nsapu. Au troisième trimestre de l’année, seuls 25% du financement nécessaire à la réponse humanitaire en RDC ont été mobilisés, indique la dite organisation humanitaire des Nations Unies en RDC, en signalant que la crise dans la région du Kasaï s’étend désormais à 8 des 26 provinces que compte la RDC.

Le Président de la CENCO a été également affecté de voir des enfants et des personnes vulnérables dans des conditions inquiétantes de malnutrition. « Il y a des enfants et des personnes âgées malnutris. Il est important de mettre en situation de priorité cette catégorie de personnes ; sans oublier les autres », a-t-il déclaré.

Un accroissement important des bénéficiaires

En visite dans des centres de nutrition tenus par les Pères Carmes et les Sœurs Carmélites de Saint Joseph à Kananga, les deux Prélats ont été informés de l’augmentation massive des bénéficiaires dans ces dits centres après les violences. Au total, six centres de nutrition sont opérationnels dans la ville de Kananga. « On avait toujours une moyenne de cinquante enfants par jour.

Mais, depuis la crise, il y a des centres qui en reçoivent même deux cents », a fait savoir la responsable des Sœurs Carmélites de Saint Joseph en Afrique, la révérende Sœur Godelieve Bakananku. Parmi les enfants qui vont se nourrir dans ces centres, certains sont venus des territoires éloignés de Kananga, fuyant les violences, a-t-elle ajouté. Il sied de signaler qu’avec une longue série de violences armées, la RDC est désormais le pays africain qui compte le plus grand nombre de déplacés internes. Ce pays compte 3,8 millions de personnes déplacées.

Par Carroll Madiya

*

*

Monter

Login

Lost your password?