..."/>

Environnement : Recyclage des déchets plastiques en dalles au site de Don Bosco à Mont – Ngafula

Le projet a été initié par l’Ong AK 24 de Pierre Damien Tshimanga

Face à l’incapacité de l’Etat congolais d’asphalter les rues de différents quartiers (hormis les grandes avenues rentrant dans ses strictes attributions),    l’Ong  » AK 24  » que dirige  Pierre Damien Tshimanga,  s’emploie à recycler les sachets et déchets en plastique, en les transformant en dalles et daleaux. Le but étant de conjuguer les efforts pour améliorer l’état des avenues de la République Démocratique du Congo, à commencer par celles de la Ville province de Kinshasa .  Cette usine de traitement, mieux de recyclage de déchets plastiques vient d’être installée dans le quartier Don Bosco, dans la commune de Mont-Ngafula.

 » L’Ong AK 24 évolue spécifiquement dans le recyclage de toutes sortes  des déchets en plastique (bouteilles, sachets…) ainsi que les dérivés du caoutchouc. Il s’agit au fait de  donner une seconde  vie à une matière qui était destinée à une autre vie. Aujourd’hui les bouteilles en plastiques flottent dans plusieurs rivières et cours d’eau de la capitale congolaise, avant de se déverser dans le fleuve Congo, avec comme  conséquence  de menacer l’existence des poissons, mieux l’écosystème, tout en polluant l’eau et en réduisant à la longue le lit de ce fleuve où la RDC a érigé le barrage hydro-électrique d’Inga, l’un de plus grands ouvrages en Afrique.

C’est donc pour lutter contre tous ces fléaux que l’ONG dirigée par Pierre Damien Tshimanga a entrepris de travailler en amont en transformant les déchets plastiques en matériaux d’asphaltage de routes de la capitale. Il s’agit aussi de penser au bien-être des générations à venir, fait remarquer le DG Pierre Damien Tshimanga.

Le deuxième objectif, selon lui, c’est la mise en place d’un atelier de soudure et de l’art par la formation des  jeunes désoeuvrés, à travers une innovation portant sur la transformation de déchets plastiques en des objets utiles. D’où son slogan  » Tina te eza na tina « .   Selon lui, l’Etat doit aussi s’occuper des gens qui vivent dans les quartiers périphériques. Le projet, estime-t-il est un chantier grand où il est  engagé depuis six mois à travers des actions concrètes.

  Cette initiative permet aussi de  lutter contre le phénomène  » Kuluna  » en suscitant de l’engouement dans les rangs de la jeunesse par la création d’emplois.  Candidat gouverneur à Kananga, Pierre Damien Tshimanga  y a aussi accompli beaucoup d’actions dans le cadre du développement intégral des jeunes notamment à travers la culture de l’ananas.

Par Franck Ambangito

*

*

Monter

Login

Lost your password?