..."/>

Assemblée provinciale de Kinshasa : Forte tension susceptible de bouffer ses propres commanditaires

vue-de-kinshasa

La mégestion décriée laisse de coté les véritables instigateurs qui se voient déjà éclaboussés

Une forte tension règne à l’Assemblée provinciale de Kinshasa où les Députés se livrent à une guerre sans merci sur la place publique. Cela a été constaté à l’ouverture de la session budgétaire de septembre au nouveau siège de cette instance législative de la ville-province.

Certains élus de la capitale ont tenu à l’interpellation du Président de cette Assemblée de la ville de Kinshasa qu’ils ont accusé de détournement, de mégestion et d’incompétence. Les moments ne s’y prêtaient guère. Généralement, c’est le discours d’ouverture qui est d’actualité devant les députés provinciaux mêlés aux invités. Malheureusement, une parole a été arrachée en égrainant une série de griefs contre Roger Nsingi Mbemba.

Les commanditaires de cette action ont été pressés de se déverser sur le Président de l’Assemblée provinciale qui a la principale mission de légiférer et non de gérer, une prérogative revenant à l’Exécutif provincial. Une fuite en avant du fait que le gouvernement provincial qu’ils semblent couvrir doit se justifier sur le retard de paiement des salaires qui touche les agents de l’Hôtel de Ville, de la RATPK (Régie d’assainissement et des travaux publics de Kinshasa) et de la Direction générale des Recettes de Kinshasa. Les Députés provinciaux ne sont pas épargnés par cet impaiement. Contrôleurs de l’Exécutif provincial, ils devraient s’intéresser aussi à l’insécurité totale à Kinshasa, à l’impraticabilité des routes et aux immondices qui empestent l’atmosphère à travers plusieurs communes de la capitale.

Roger Nsingi Mbemba que nous avons approché, après le choux gras dont il a été l’objet au courant de dernières semaines, a manifesté son étonnement sur le comportement de ses collègues qui laissent tranquille l’Exécutif provincial à son  détriment. Le Speaker de l’Assemblée provinciale n’a pas manqué d’interpréter cette fuite en avant dans le chef des commanditaires dont le député provincial Henri Itoka Bimbakila qui avait retiré en mars 2016 une somme de 20.000.000 FC auprès du Trésor urbain pour les travaux sur l’avenue Frontière dans la partie Est de Kinshasa. Cette tâche revient au Gouvernement provincial.

Le document de décaissement est en circulation avec les surcharges sur le numéro de téléphone du bénéficiaire ainsi que sur la date d’émission du bon provisoire de caisse 2016. Le même Itoka a construit une école privée à Masina avec un financement public. Ces faveurs cachent une complicité entre lui et les animateurs du pouvoir exécutif de Kinshasa dont il soutient la continuité. Le départ souhaité de Nsingi au profit du Vice-président de l’Assemblée provinciale n’est pas du tout aisé à obtenir du fait que le dernier cité vient d’être notifié de prise d’acte de renoncement de son mandat parlementaire.

Sur base de la plainte de l’ADELI alléguant sa désertion de ce parti politique dans lequel il a obtenu son mandat de député provincial, Roger Nsingi a signifié à Francis Mbengama Lonzoliso hier mardi 3 octobre la cessation définitive de ses fonctions du Vice-président de l’Assemblée provinciale.

Ce dossier risque d’ouvrir une boîte à pandore.

Par KerK

*

*

Monter

Login

Lost your password?