..."/>

L’augmentation de la taxe d’exportation à la DGDA provoque la colère des opérateurs miniers

Dgda

La taxe d’exportation vient d’être revue à la hausse du côté de la DGDA (Direction générale des douanes et assises). La majoration de cette taxe de 1% à 10% a provoqué la colère de certaines sociétés et structures évoluant dans le secteur minier. A l’ITSCI, programme qui certifie certains minerais congolais sur le marché congolais (le cas de l’étain), on menace même de rompre la collaboration avec l’Etat congolais.

Un ultimatum, qui a expiré depuis le 23 octobre dernier, a été donné au ministère congolais ayant dans ses attributions le secteur des mines pour instruire la DGDA, par le biais de son ministère de tutelle, de revenir sur cette décision, afin de ramener le calme dans les rangs des opérateurs du secteur.

Selon certains responsables de l’ITSCI cités par quelques   sources, « si le taux de 1 % de la taxe d’exportation tel que défini dans le code minier n’est pas reconfirmé, nous serons contraints de réexaminer et potentiellement suspendre, voire annuler, le programme ITSCI dans la région avec des conséquences négatives inimaginables dans les zones minières des Nord-Kivu et Sud-Kivu, du Maniema et dans l’ancienne province du Katanga où les activités de l’ITSCI ont contribué à subvenir aux besoins de plus de 60.000 creuseurs, sans compter les travailleurs auxiliaires, les transporteurs, tous leurs dépendants, ainsi que les entreprises assurant des services associés ».

Les responsables de l’ITSCI soutiennent que des progrès ont été accomplis pour supprimer le stigmate de  » conflit  » attaché au secteur minier, embellie qui a même été reconnue dans le récent rapport du Groupe d’Experts des Nations Unies.

Par LKT

*

*

Monter

Login

Lost your password?