..."/>

Nord-Kivu : des coups de feu à Goma, et des manifestants interpellés à Beni

lucha goma

Des coups de feu ont été entendus mercredi 15 novembre depuis 5 heures sur l’axe Kasindo-Ndosho et Mabanga-Mangengo. La police, appuyée par l’armée a dispersé les manifestants qui sont descendus dans les rues pour protester contre la publication du calendrier électoral et exiger l’alternance démocratique.

Aucun bilan n’est encore livré à ce stade.  Le Rassemblement des forces acquises au changement a soutenu ces manifestations des mouvements citoyens. La Police nationale congolaise avait  promis mardi de disperser tout attroupement de plus de cinq personnes à Kinshasa, tandis qu’à Goma le chef de la police a promis d’arrêter « tous ceux qui tenteraient de troubler l’ordre public ».

 Pour sa part, la MONUSCO a appelé à manifester dans le calme et la retenue, appelant les autorités congolaises à respecter les libertés fondamentales telles que stipulées dans la Constitution congolaise, dont la liberté de manifester. Selon le mouvement citoyen Lutte pour le changement (LUCHA), la police nationale congolaise (PNC) a interpellé, mercredi 15 novembre, quatorze de ses militants qui manifestaient au rond-point de la banque dans la commune rurale de Kasindi à Beni (Nord-Kivu).

Ils protestaient contre le calendrier électoral qui prévoit l’organisation de la présidentielle le 23 décembre 2018, et exigeaient le départ du président Joseph Kabila.  Un dispositif mixte police-armée était visible dans tous les points chauds de la ville après que les manifestants ont brulé des pneus au quartier Tamende. Les faits se sont déroulés vers 5h du matin non loin d’une école de la place. Ils ont aussitôt été dispersés par la police.

 Les écoles ont demandé aux élèves de retourner chez eux. Seules les banques et les stations-services ont fonctionné normalement. A Butembo, ce sont les militants des mouvements citoyens Lucha et Fulimbi qui ont barricadé les routes dans le quartier Furu et Kitulu.

 Des sources sur place indiquent que la police a dispersé les manifestants en tirant des gaz lacrymogènes.
Le commandant de la ville parle d’un groupe d’inciviques qui voulait semer le désordre sur la voie publique en  barricadant la route.  A l’instar de Beni, boutiques et écoles étaient aussi restés fermées à Butembo.

R.O/TDT

*

*

Monter

Login

Lost your password?