..."/>

Robert Mugabe : la fin tragique d’un long règne

Robert Mugabe

Combattant de l’indépendance, il s’est mué 37 ans de pouvoir après en despote plus soucieux de conserver  le pouvoir que d’assurer le bonheur de ses concitoyens

Héros ou tyran. Telle est l’image que l’histoire retiendra de Robert Gabriel Mugabe. Pour ses partisans, le président zimbabwéen est un héros de la libération, aux qualités incontestables. Mais pour ses détracteurs, il s’agit d’un tyran prêt à tout pour rester au pouvoir.

En 37 ans de règne, l’homme a survécu à de nombreux adversaires politiques et plusieurs urgences médicales. Mais depuis plusieurs années, une guerre de succession avait lieu dans son pays. Son épouse  Grace s’est positionnée pour lui succéder. Depuis cinq ans, elle est montée en puissance, jusqu’à devenir présidente de la Ligue des femmes de la Zanu-PF et multipliant des alliés.

Sa femme briguait sa succession

Cependant, il se peut qu’en se rangeant du côté de sa femme dans la bataille pour lui succéder, il soit allé trop loin et ait perdu le soutien des chefs militaires, qui l’ont maintenu au pouvoir jusqu’à maintenant. À l’âge de 93 ans, la santé de l’homme de fer s’est visiblement détériorée cette année, quand bien même il s’est officiellement présenté à sa propre succession l’année prochaine. Depuis la prise de pouvoir de l’armée et la mise en détention surveillée du président zimbabwéen, tout risque de se jouer.

Le seul et unique chef d’état depuis l’indépendance en 1980, Robert Gabriel Mugabe a dirigé le Zimbabwe d’une main de fer. Les contestataires du ZANU PF, le parti au pouvoir, se font de plus en plus véhéments.  L’hyperinflation au Zimbabwe a commencé en 2000, peu après la confiscation par le gouvernement de Robert Mugabe des fermes détenues par des Blancs. L’économie, jadis prospère, a chuté de façon spectaculaire. La mauvaise gestion économique et la corruption ont plongé la nation autrefois prospère dans la pauvreté, laissant s’enraciner une culture du népotisme et de l’impunité.  Depuis, les banques sont vides et le gouvernement peine à payer les fonctionnaires.

Elections et violences  

L’élection de 2008 entachée de violences et d’irrégularités, a eu une issue contestée. Des millions d’électeurs espéraient que leur vote soient pris en compte. Le MDC, le parti du chef de l’opposition a remporté le premier tour à une étroite majorité, rendant nécessaire un changement radical. Mais suite au boycott de l’opposition, Mugabe fut déclaré vainqueur.

Au début de sa carrière politique, l’homme  a pourtant prêché la tolérance, la construction de la nation et la réconciliation. Il a également invité les citoyens blancs du pays à prendre part à la construction du pays. Il a mis en avant l’éducation.

Son gouvernement a amélioré le taux d’alphabétisme qui est devenu l’un des plus élevés en Afrique subsaharienne. Mais peu de temps après l’indépendance, il a créé un système à parti unique.  Autrefois fiers, les Zimbabwéens ont été forcés de fuir leur foyer et sont devenus réfugiés économiques en Afrique du Sud et ailleurs.

Portrait et dates historiques

• 1924: Naissance
• Formation d’enseignant
• A travaillé au Ghana où il a rencontré sa première femme, Sally Hafron
• 1964: Emprisonné par le gouvernement rhodésien
• 1980: Remporte les élections postindépendance
• 1996: Mariage à Grace Marufu, sa deuxième femme
• 2000: Perd le référendum sur les terres agricoles appartenant à des blancs
• 2008: Arrive en deuxième position au premier tour des élections contre Morgan Tsvangirai, le chef de l’opposition qui se retire du second tour au milieu des attaques contre ses partisans
• 2009: Tsvangirai devient Premier ministre
• 2016: Pénurie de liquidités
• 2017: Le vice-président Emmerson Mnangagwa est limogé

Par YHR

*

*

Monter

Login

Lost your password?