..."/>

Pour l’accès de tous aux soins de qualité en RDC : AFMED-UNIKIN propose des pistes de solutions

L’Association des Anciens et Amis de la Faculté de Médecine de l’Unikin (AFMED-UNIKIN) vient de clôturer son VIème congrès au   Kempinski fleuve Congo hôtel, dans la ville province de Kinshasa. Organisé du 13 au 17 Novembre de cette année, les activités de ces assisses ont  pris fin le Mercredi 15 Novembre.

   Pour l’occasion le président de l’Assemblée nationale et parrain de l’AFMED, Aubin Minaku Ndjalandjoko  a, de vive voix, félicité les organisateurs. L’homme a promis de prendre en compte les besoins lui présentés par l’association. Il a ensuite, au nom de la chambre basse du Parlement, offert à l’AFMED un sac de réanimation comme cadeau. Une occasion pour lui d’affirmer qu’il va personnellement s’impliquer pour la réhabilitation du CNPP qui, autrefois, était une fierté pour la République.

Ce congrès a connu trois journées chaudes d’échanges entre les professionnels de santé. Deux tables-rondes étaient au rendez-vous, dont l’une sur le cancer et l’autre sur le diabète. Il a été ouvert au public aussi bien congolais qu’étranger, particulièrement les médecins, pharmaciens, étudiants, techniciens, experts et autres professionnels œuvrant dans le secteur de la médecine ou de la santé. Services et établissements publics, Ongs, fondations et différents opérateurs économiques étaient aussi impliqués.

Organisé jusqu’au Vendredi 17 Novembre dernier, les ateliers de ce congrès ont fourni leurs recommandations sur l’accès de tous les Congolais aux soins de qualité et sur la problématique du cancer en RDC. L’on peut retenir que de ces recommandations que le système de soins de santé primaire à travers les zones de santé doit être dynamisé dans tous les hôpitaux pour sécuriser la population ; la sécurité sociale ou l’accessibilité aux soins étant multisectorielle, les autres ministères tout comme les autres institutions spécialisées doivent se mettre ensemble pour établir une feuille de route devant faire participer tous les acteurs dans l’amélioration de la couverture sanitaire.

Autre recommandation, la médecine tarifaire par acte doit laisser la place à la tarification forfaitaire pour aider les plus démunis. La protection des femmes enceintes et des enfants de moins de cinq ans doit être renforcée par les consultations obligatoires et voire gratuites. Aussi, les mécanismes des financements par les partenaires doivent être appropriés par l’Etat et les privés.

Le partenariat public-privé est une piste de solutions. Le dépistage et la prise en charge du cancer, mais aussi du diabète, doit faire l’objet de stratégies prioritaires en tenant comptant des moyens et des réalités culturelles. Et contre le cancer, les recommandations précises ont été proposées. C’est notamment la  mise en place de réunions de concertation pluridisciplinaires et un établissement par des sociétés savantes de protocoles de prise en charge uniformisés.

Président sectionnaire de l’ADMED-UNIKIN, le docteur Tshiamala s’est dit heureux de la réussite de ce forum important, organisé pour relever des défis et sauver des vies humaines.

Par Carroll Madiya

*

*

Monter

Login

Lost your password?