..."/>

Décédé à 87 ans : La mémoire de Nkuka Matthieu saluée par Jeannot Bombenga et Lutumba Simaro

St  Laurel Sosongo de l’EJF  pour la protection de l’héritage culturel

Les derniers hommages ont été rendus au chanteur  Nkuka  Matthieu le samedi  dernier en la salle  Jean 14 : 1 dans la commune de Lingwala. C’était au 2ème jour de ses obsèques, qui ont pris fin avec son inhumation à Kinkole.

  Dépôts de gerbes de fleurs, défilés autour de la bière,  animation culturelle, bref,  toutes les étapes du protocole ont été respectées en vue d’honorer  Nkuka  Matthieu. Cette cérémonie avait été organisée    par ses amis, connaissances et famille biologique, représentée par son fils Didioch  Nkuka. Il s’agit d’ un des derniers  survivants  de la  génération  African  Jazz, de Kabasele  Tshamala  dit  » Kallé Jeef  » .

Sous la modération du journaliste   Mbiyevanga  Lengemi ,  la lecture de sa biographie lue par le guitariste Andy Niangi Lelo , directeur des infos RTNC Développement ,  a été suivie  de la  série des  témoignages . D’abord celui de   Lutumba  Simaro  (79 ans)  du groupe Bana OK,  qui a reconnu la valeur artistique du disparu, avec qui il a collaboré  dans certains contrats de production,  notamment à  Lubumbashi.

Néanmoins, le poète a regretté  l’absence remarquée  des musiciens de la jeune  génération. Ce qui a fait penser à    » l’Immortel  » Verckys Kiamuangana  Mateta, président de l’Union des Musiciens du Congo (Umuco)  et de la Société des Droits d’Auteurs et des Droits Voisins (Socoda).   Koffi Olomide  Antoine  Makila  mabe  n’a-t-il pas prédit dans la chanson  »  Dieu voit tout  »  –     » Soki nakufi  balela ngai na bato bayebaki ngai te…  naboyi  bapesa  ngai bolingo  ya ofele  , oyo  na mérite te. Nakolakisa  mosapi te  mpo  nazalaki  mosantu  te…. « 

Ensuite,  Jeannot  Bombenga  Wewando (83 ans),  l’ayant connu  au sein du  » Courrier  d’Afrique « , il  est compté   parmi ses premiers  recrutés  au sein de son groupe  » Vox Africa « , avec qui il a effectué plusieurs déplacements, notamment  en Ouganda, au Kenya, en Zambie  et en Europe.  Enfin,  Sylvain  Eboma   Bana  Léo,   président  de la Mutualité   » Amicale  Malebo  » , qui a expliqué que le disparu avait une personnalité   musicale, tout en regrettant que  souvent les grands  artistes  meurent toujours  pauvres et signalant  que le défunt  » a fait l’apostolat musical  » .

Pour sa part  Laurel  Sosongo,  leader de l’élite féminine de la commune de  Lingwala , présidente  de  l’association  des jeunes  filles  dénommée    » Espoir de la Jeunesse  Féminine  »  (EJF),   a exhorté les jeunes , musiciens  soient-ils,  à suivre l’exemple  et à profiter  du  riche  héritage culturel laissé par Matthieu  Nkuka , car ne dit-on pas  en Afrique :  » Quand  un vieux  meurt,  , c’est  toute une bibliothèque  qui brûle … « .

Elle a promit  d’expliciter cet adage  lors d’une conférence  de réflexion   ayant pour thème :  » Jeunesse   et Développement  » prévue  le dimanche  3  décembre 2017   au siège  de l’ELF, au N°211 de l’avenue  Libenge, dans la commune de Lingwala.

Auteur de la célèbre chanson  » BB 69 « , responsable du groupe African  Ambiance ,  Matthieu  Nkuka  a aussi  participé  et apporté sa touche  d’écriture  dans la célèbre  chanson  » Indépendance  Cha Cha « ,  considérée comme  l’hymne  des Indépendances  Africaines.

Dactylographe  Comptable  de profession,  Nkuka  Matthieu  est né à Léopoldville  en  1931.  Mort à Kinshasa  à 87 ans, Nkuka Matthieu,  chanteur à la voix soprano , compté parmi les oubliés médaillés du mérite civique , a été un véritable ambassadeur  de la musique congolaise pendant  65 ans de carrière musicale , tant en RDC qu’à l’extérieur du pays .

Par  Franck  Ambangito

*

*

Monter

Login

Lost your password?