..."/>

Processus électoral en RDC : l’appui de la Communauté internationale sollicité

ceni agent

L’appel émane de l’Institut Alternatives et Initiatives Citoyennes pour la Gouvernance Démocratique (I-AICGD) qui pense qu’avec 17 contraintes, les élections risquent encore être reportées

Dans un mémorandum  aux ambassadeurs et Chefs de missions diplomatique accrédités en RDC, l’Institut Alternatives et Initiatives Citoyennes pour la Gouvernance Démocratique (I-AICGD) par l’entremise de son Directeur Exécutif, Me Sylvain Lumu Mbaya, sollicite l’appui de communauté internationale pour la réussite du processus électoral au Congo-Kinshasa. Selon cet expert, le rôle de la Communauté internationale est à situer aussi bien au plan politique qu’au niveau de l’appui au processus électoral.

 C’est ainsi que son organisation  sollicite l’implication de la communauté internationale, notamment via le mandat de bons offices de la MONUSCO, pour la construction d’un consensus devant apaiser le contexte préélectoral.  Au sujet de l’appui proprement dit, l’I-AICGD invite la communauté internationale à s’investir dans le soutien au processus électoral. Cela revient à définir des référentiels pour la CENI qui détermineraient cette aide financière.

 » En effet, dans l’APGI, les parties prenantes recommandent  » à la communauté internationale à accompagner et à assister la CENI par les moyens logistiques, financiers et techniques pour une bonne réalisation des opérations électorales « , en même temps qu’  » elles exigent de la CENI la transparence dans la passation des marchés et l’encouragent à produire un budget rationnel pour  l’ensemble des opérations préélectorales, électorales et postélectorales conformément à l’option levée et assorti d’un plan de mise en œuvre opérationnel crédible et réaliste  » (Point IV.4) « , explique Me Sylvain Lumu dans son document aux diplomates.

 Pour concrétiser cette exigence, l’I-AICGD souhaite que les choses soient faites dans la transparence maximale. C’est-à-dire que, tablant sur le calendrier et ses contraintes, la CENI devrait mettre à disposition des parties prenantes le plan de mise en œuvre opérationnel et le coût détaillé de chaque opération sur la base desquels la communauté internationale, de manière coordonnée, devrait se prononcer clairement sur les lignes budgétaires qu’elle devrait prendre en charge.

Une fois cela fait, note Mr Lumu , un plan de décaissement devrait être convenu entre la CENI et les partenaires d’appui en présence de la société civile congolaise et le Groupe d’experts internationaux dédiés au suivi du processus électoral. Par ailleurs, des mécanismes rapides de décaissement des fonds dans le panier de fonds devraient être mis en place.

Déterminer l’apport de chaque partie prenante au budget des élections

 L’Institut pense que l’appui logistique assuré par la Monusco conformément à son mandat découlant de la Résolution 2348 du Conseil de Sécurité devrait également être quantifié et intégré dans ledit budget pour permettre une évaluation précise du coût global et déterminer l’apport de chaque partie prenante au budget des élections.

 C’est dans ce même cadre que devraient être institués les Groupes d’experts envisagé par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Ce groupe à mettre en place a besoin d’un mandat clair, précis pour l’épargner des limites des simples observateurs ne disposant d’aucun pouvoir d’initiative, d’action, ni de contre-expertise ainsi que la liberté de collecte de données d’analyses.

L’I-AICGD réitère sa demande à la communauté internationale de poursuivre et renforcer son appui direct aux organisations de la société civile pour des campagnes accrues d’éducation civique et électorale au profit de la population et des activités d’observation citoyenne des élections à long terme et à court terme couvrant l’ensemble du territoire nationale en vue de renforcer la crédibilité du processus électoral.

 S’agissant du calendrier électoral, l’institut estime qu’avec 17 contraintes, les élections peuvent encore être reportées si elles ne sont pas véritablement prises en charge. Lumu plaide pour que le calendrier publié mérite l’appel d’engagement de tous pour sa mise en œuvre effective.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?