..."/>

Le 04 janvier à la Cathédrale de Notre-Dame du Congo : Une messe célébrée en mémoire des victimes du 4 janvier 1959 et du 31 décembre 2017

Une messe a été organisée le jeudi 4 janvier 2018 en la cathédrale de Notre-Dame du Congo, à Lingwala,  en mémoire des Martyrs de l’indépendance du 4 janvier 1959 et des victimes de la répression du 31 décembre 2017. Elle a été dite par le Cardinal  Laurent Monsengwo Pasinya en présence  de plusieurs chrétiens et des membres des familles des disparus.

Dans son homélie, l’archevêque de Kinshasa a évoqué la similitude entre les circonstances de la mort des martyrs tombés le 04 janvier 1959 et celles des victimes de la répression du 31 décembre 2017. « Cette messe nous rappelle les morts victimes de la brutalité policière sur la marche organisée par le Comité Laïc Catholique afin de prier et de marcher en priant pour réclamer le respect de ‘Accord de Saint Sylvestre. Ils sont morts parce qu’ils rappelaient que « l’argent passera, le pouvoir passera, mais le pays restera », a dit le Cardinal Laurent Monsengwo.

Quelques cadres de l’opposition  congolaise ainsi que des militants des mouvements citoyens ont pris part à cette messe. On a, entre autres noté la présence des personnalités politiques de l’opposition telles que Antoine Felix Tshilombo Tshisekedi, Martin Fayulu, André Claudel Lubaya, Jean Bertrand Ewanga, Arthur Amisi Kibundikila, Vital Kamerhe, Prof Mathieu Kalele Kabi-la, Albert Fabrice Puela, Henriette Wangu, Kovo Ingele, Jean Baudouin Mayo, Prince Epenge.

Pour rappel, le 4 janvier 1959, des émeutes avaient éclaté après que les autorités coloniales eurent interdit aux membres du parti politique ABAKO de manifester contre le pouvoir colonial. Il s’agissait majoritairement des supporters de v. Club et les militants de l’Abako, parti de Joseph Kasa-Vubu.

Après la messe, le coordonateur de la Dynamique de l’opposition,  de Force Acquises au Changement et membre du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au Changements, Martin Fayulu Madidide, a saisi cette occasion pour expliquer que ceux qui sont morts le 31 décembre 2017 «  voulaient simplement qu’on applique l’Accord de la Saint Sylvestre et rien de plus » en parlant de la marche des fideles catholiques réprimée le 31 décembre par les forces de l’ordre et de sécurité.

Marti Fayulu a également salué le  message courageux de l’Archevêque de Kinshas.

Par Julie Muadi

*

*

Monter

Login

Lost your password?