..."/>

Abordés dans le dernier rapport des structures ACDRO et COAD RESEAU/RDC : Des efforts de plus en plus fournis pour relever la dangerosité du tabac

Les efforts sont de plus en plus fournis, depuis 1991, dans le cadre de la lutte contre le tabac en RD Congo. C’est dans ce cadre que l’ACCT (Alliance congolaise contre le tabac), qui regroupe de nombreux vétérans de la lutte anti-tabac dans le pays, travaille pour relever le caractère nocif de ce produit de consommation pleinement rangé dans la catégorie des «drogues» dans tous les plans d’attaque des drogues à travers le monde entier.

les efforts longtemps fournis par l’ACCT ont été aussi relevés dans le «rapport-pays contre la corruption RDC 2017» publié dernièrement par l’ACDRO, une Organisation transparentielle impliquée en Prévention du Crime  axe  Corruption dans le pays. Ce rapport a été présenté par le président de l’ACDRO et COARD Réseau/RDC, l’expert pays en matière de lutte contre la corruption, Mbu José-Marie Royal.

Ainsi, la Rdc doit se mettre à niveau des conventions, qu’elle avait ratifiées. C’est pour cette raison, qu’il a été demandé de dire «oui» à la communauté internationale pour des avancées dans des diverses luttes pour un monde meilleur et durable aux générations futures.

Au niveau de l’ACCT, on ne cesse de soutenir que «le tabac tue plus que toutes les maladies existantes dans le monde». C’est pourquoi, les Congolais ont été invités à faire agir leur volonté notamment pour obtenir une loi contre le tabac et les drogues en RDC.

Recommandations

La santé n’a pas de prix, dit-on.  C’est pour cette raison que des recommandations ont été formulées. Du côté de l’ACCT, on parle de «recommandation drogues-stupefiantes et prévention du crime». C’est ainsi les ministères de la Justice et de l’Intérieur, par engagement des traités internationaux ratifiés à la redynamisation du Comité national interministériel de lutte anti-drogue et la prévention du crime en RDC, comme un organe de coordination faisant gravement déféctuosité dans son opérationalité pour la réduction de l’offre et de la demande des drogues et les criminalités les liant.

Même un audit a été exigé pour la décennie 2000 à 2010,voir 2016 du dit Comité dans ses réalisations de lutte en RDC et  des financements encourus  pour évaluation de la décennie. il a été insisté sur la présentation,dans les plus brefs délais, d’un «Plan Master RDC» par ledit Comite national interministériel de lutte anti drogue et la prévention du Crime en RDC afin de permettre une implication nationale de tous les ministères dans cette lutte.

Comme on insiste pour voir le ministère de la Sante publique s’atteller sur la mise en priorité de politique de santé, la question de la polytoxicomanie en République Démocratique du Congo, etc.

Par LKT

*

*

Monter

Login

Lost your password?