..."/>

Crise politique en RDC : L’ASASDHO se positionne derrière le Cardinal Monsengwo

asadho

L’organisation non gouvernementale exhorte les congolais de rester vigilants et déterminés dans le combat pour l’alternance démocratique en RDC

Deux semaines après la répression brutale de la marche pacifique des Laïcs Catholiques pour exiger la mise en œuvre de toutes les dispositions pertinentes de l’Accord du Centre interdiocésain, l’Association Africaine de Défense des droits de l’homme(ASADHO) par l’entremise de son président national, Me Jean-Claude Katende a rompu le silence pour soutenir la déclaration du Cardinal Laurent Monsengwo.

« Il y a lieu de dire que cette déclaration a toute sa place dans le contexte de la République Démocratique du Congo. Elle concerne au plus haut point, les dirigeants politiques de notre pays qui doivent faire preuve d’excellence, d’humanité et de justice dans la gestion de la chose publique.

Si le peuple qui est le patron de tous les dirigeants élus est insatisfait de la manière dont le pays est géré, alors que « les médiocres dégagent… », a martelé Me Katende.
L’ASADHO  se dit prête de participer à d’autres actions qui seront initiées par le Comité Laïc de Coordination tant que lesdites actions vont s’inscrire dans l’esprit démocratique et dans .

Deux semaines après la répression brutale de la marche pacifique des Laïcs Catholiques pour exiger la mise en œuvre de toutes les dispositions pertinentes de l’Accord du Centre interdiocésain, l’Association Africaine de Défense des droits de l’homme(ASADHO) par l’entremise de son président national, Me Jean-Claude Katende a rompu le silence pour soutenir la déclaration du Cardinal Laurent Monsengwo.

« Il y a lieu de dire que cette déclaration a toute sa place dans le contexte de la République Démocratique du Congo. Elle concerne au plus haut point, les dirigeants politiques de notre pays qui doivent faire preuve d’excellence, d’humanité et de justice dans la gestion de la chose publique.

Si le peuple qui est le patron de tous les dirigeants élus est insatisfait de la manière dont le pays est géré, alors que « les médiocres dégagent… », a martelé Me Katende. L’ASADHO  se dit prête de participer à d’autres actions qui seront initiées par le Comité Laïc de Coordination tant que lesdites actions vont s’inscrire dans l’esprit démocratique et dans l’alternance politique en RDC.

Pour Me Katende, la respectabilité dont jouissent l’église catholiques et toutes les structures qui lui sont proches est incontestable dans notre pays.  Il  encourage par conséquent les laïcs catholiques à faire plus pour que la RDC devienne un pays normal où la démocratie doit être considérée comme une dispute organisée et dans laquelle les armes à feu n’ont pas de place.

Tout en condamnant la répression brutale de la marche du 31 décembre dernier, le président national de l’ASADHO avance les  motivations qui ont poussé sa structure à prendre part à une marche interdite par les autorités de la ville de Kinshasa.

« Il y a plusieurs raisons qui m’ont poussé à prendre part à cette marche des Laïcs catholiques. Premièrement, c’est un appel à marcher, pacifiquement lancé par une structure de la société civile. En tant qu’acteur social, je devais y prendre part. Deuxièmement, il y a lieu de reconnaitre que la marche n’a pas été organisée pour qu’un groupe social ou politique en tire profit individuellement, mais dans l’intérêt de tous les congolais.

Troisièmement, l’objet de la marche pacifique qui était  d’exiger l’application intégrale de l’accord du 31 décembre 2016 m’intéresse aussi dans la mesure où l’Accord est la seule feuille de route crédible pour sortir le pays de la crise politique créée de toute pièce par la Majorité Présidentielle. Enfin, la marche pacifique est un droit consacré par la Constitution du Congo.

L’obstruction à l’exercice de ce droit par les autorités de la ville de Kinshasa étant un abus de pouvoir, je pense qu’il était de mon devoir de participer à cette marche pour leur montrer que je n’approuve pas cette décision », a fait savoir le Numéro 1 de l’ASADHO.

L’Association Africaine de Défense des droits de l’homme appelle les congolais  à rester très déterminés à participer aux marches pacifiques si elles sont organisées par des congolais crédibles et dans l’intérêt de la communauté nationale.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?