..."/>

Pour tourner la page sur les récentes violences : Le Gouvernement veut faire la paix avec l’Eglise Catholique

R. Shadary

A l’occasion du 25ème anniversaire de son épiscopat, l’archevêque de Lubumbashi, Monseigneur Jean-Pierre Tafunga, une messe a été célébrée le dimanche 5 février au stade Mazembe, dans la ville de Lubumbashi.

C’était en présence des milliers des fidèles, des prêtres et des politiques parmi lesquels le Vice-Premier et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary qui représentait personnellement le Chef de l’Etat Joseph Kabila.  La présence du Vice-Premier ministre Ramazani Shadary à cette célébration eucharistique est perçue par certains observateurs comme une tentative de rapprochement entre l’église Catholique et le pouvoir en place.

Car depuis la répression sanglante des  deux marches organisées par le Comité Laïcs de Coordination (CLC) pour réclamer la mise en application intégrale de l’accord de la Saint Sylvestre, les violons ne semblent plus s’accorder entre les princes de l’église et l’exécutif congolais. Les deux parties se rejettent mutuellement la responsabilité au regard des décès enregistrés lors des marches du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018.

Après ces incidents et les exactions au cours desquels des abbés, curés, et plusieurs fidèles catholiques ont été aussi brutalisés par des éléments de la police à travers le pays, l’heure serait, semble-t-il, à la recherche d’une voie de réconciliation entre le pouvoir et l’église catholique et le pouvoir.  Tel serait le sens de la présence du VPM Ramazani Shadary à la célébration eucharistique organisée dimanche dernier à Lubumbashi, à l’occasion des 25 ans de l’épiscopat de l’Archevêque de cette ville.

Se confiant à la presse à l’issue de cette messe, le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité a été plus que conciliant dans son message.    Mais, cette normalisation de rapports souhaitée par le gouvernement congolais doit être sincère. Surtout après l’intrusion suspecte  dont a été dernièrement l’objet la résidence du Cardinal et archevêque de Kinshasa Laurent Mosengwo Pasinya.

Une homélie d’interpellation

«Nous avons le devoir et la responsabilité de respecter et faire respecter la vie des autres», a déclaré l’archevêque de Lubumbashi. Face à l’assistance, il a soutenu que « l’église a le devoir de procurer aux autres la paix, de protéger la vie, de la soutenir et de la rendre belle, afin qu’elle garde sa valeur aux yeux de Dieu ».

 Le président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), Monseigneur Marcel Utembi a marqué de sa présence cet office religieux. Mgr Marcel Utembi a profité de la circonstance pour appeler les jeunes et les chrétiens catholiques laïcs à être au service de la justice, de la réconciliation et de la  paix.

PAR TSM

*

*

Monter

Login

Lost your password?