..."/>

Ministre de tutelle : Jean-Lucien Bussa encourage le nouvel élan à l’OCC

Jean-Lucien Bussa

Le Ministre d’Etat en charge du Commerce extérieur s’investit pour que cet établissement public soit rapidement doté d’un outil de régulation moderne

« L’Etat doit mettre en urgence des moyens réglementaires, notamment le projet de loi sur la métrologie pour que l’OCC dispose d’un outil de régulation moderne afin de mieux faire son travail de qualité ». Cette déclaration émane du ministre d’Etat, ministre en charge du Commerce extérieur, lors de sa visite guide dans les divers services de l’Office congolais de contrôle (OCC) en date du 6 février.

Jean-Lucien Bussa Tongba a été à Kingabwa dans la commune de Limete où il s’est rendu compte des conditions de travail dans les différents laboratoires d’essais des matériaux et de métrologie ainsi que dans les départements de normalisation, marketing et microbiologie. Ce membre du Gouvernement s’est rendu le même jour à la concession de l’OCC abritant le centre médical et d’autres laboratoires de contrôle, sur l’avenue Flambeau dans la commune de la Gombe.

Il a tenu à préciser  que l’OCC qui dispose déjà d’un budget pour l’exercice 2018 doit l’activer dès à présent pour les défis retenus avant le 31 décembre et accomplir d’autres missions en cours d’exécution. Il a aussi reconnu que cet Etablissement public à caractère technique et scientifique dispose des équipements, des infrastructures de qualité ainsi que des personnes compétentes pour assurer le travail de qualité répondant aux normes internationales.

Ce, avant d’inviter la population de la RDC à faire confiance à l’OCC qui reste, pour lui, l’instrument de l’Etat veillant sur la conformité des produits aux normes et standards internationaux. Du fait que la qualité des produits à l’importation et des produits des industries locales sont les critères déterminants pour cet établissement public avant la consommation.

Jean-Lucien Bussa a ainsi demandé aux importateurs et aux industriels de bien respectivement prendre en compte de la nature des produits qui entrent en RDC et d’intérioriser la notion des normes. Il n’a pas manqué de rappeler la mission dévolue à cet Etablissement sous sa tutelle, celle de veiller à l’offre suffisante des produits sur le marché et le rapport de qualité-prix.

Des réalisations du DG Pierre-Célestin Risasi

C’est sur base de la visite guidée et des contacts avec les mandataires publics de cet Etablissement sous sa tutelle que Jean-Lucien Bussa Tongba s’est rendu compte de la compétence des personnes et de l’existence des équipements et des infrastructures de travail.
En effet, l’OCC a terminé l’année 2017 sous le signe de la performance avec la maitrise des signes vitaux de cette entité et la consolidation des efforts.

Le DG Célestin-Pierre Risasi Tabu wa M’Simbwa s’était étalé là-dessus dans son allocution prononcé le vendredi 2février, lors de l’échange des vœux et de la commémoration du 44ème anniversaire de l’Office (Cfr La Tempête des Tropiques, N°5780 du 5février 2018). Il avait à cette occasion aligné les performances réalisées (reproduites hier par la Prospérité dans sa livraison N°4736 du 12 février 2018) en rapport avec l’exploitation  liée à la logistique, l’Administration et les Finances.

D’après le DG, l’OCC s’était ainsi investi dans l’acquisition des matériels, équipements de laboratoire, la finalisation des constructions immobilières, l’accréditation dans le domaine du bois à l’exportation. Les laboratoires et bâtiments administratifs ont été inaugurés à Aru et Bunia, dans l’ex Province orientale. JL Bussa a été lui–même témoin de cet événement.

Fungurume, dans l’ex Katanga, qui compte aussi un édifice, va dans les prochains jours recevoir des équipements modernes d’analyses sous le mandat de Pierre-Célestin Risasi et de Mme le DGA, Isabelle Kasongo Omba, sans oublier le PCA Placide Tshisumpa Tshiakatumba. Des parcelles sont déjà acquises à Kipushi, dans le Haut-Katanga, pour le bureau administratif  et bientôt à Muene-Ditu (Ex Kasaï Oriental) pour abriter un laboratoire des produits pétroliers.

Un laboratoire moderne au centre de la ville de Kinshasa est en projet. Des laboratoires mobiles immobilisés à la Fikin  sont en instance d’immatriculés. Il convient d’ajouter l’achat des véhicules pour le transport de puissants groupes électrogènes à Kolwezi, Aru, Bukavu, Beni et bientôt à Matadi et Bunia. Les mobiliers des bureaux et équipements informatiques accompagnent toujours ces différentes acquisitions.

Quant à l’Administration, il faut noter  la maitrise des effectifs, la restauration de l’arbre de commandement et la discipline au siège central et à travers les différentes directions provinciales. Un réaménagement technique et graduel, entamé pour mettre fin aux veilles habitudes, se poursuivra de plu belle dans le but d’améliorer la qualité des prestations et des productions. Des actions ont été menées en vue de mettre fin à l’impunité et non engager une chasse aux sorcières ou des règlements des comptes.

Sous le compte toujours du respect des dispositions légales et conventionnelles, un protocole d’accord a été signé pour le paiement des arriérés des agents actifs et non actifs. Ce même arrangement concerne l’apurement des arriérés des salaires  et des décomptes finals ainsi que la restauration du paiement des avantages conventionnels illicites, autrefois réservés à une catégorie.

Par rapport aux finances, la Direction générale a obtenu en 2017 une amélioration des résultats d’exploitation et de ratio de gestion financière qui a permis la réduction de la dette des arriérés des salaires et des gratifications, le paiement des prêts scolaires et autres gratifications, le paiement de certaines créances qui mettaient l’Office en difficulté de fonctionnement et la constitution d’un fonds de roulement, dispensable de fixer les échéances de paiement des dettes. La rupture des imprimés opérationnels  a trouvé une issue avec le recours exclusif à la Banque centrale pour l’impression des imprimés sécurisés.

Un autre fait à l’actif du DG Pierre-Célestin Risasi, est l’intégration dans le Guichet unique douanier des frais OCC  relatifs au contrôle des produits pétroliers à l’Est. Il en est aussi pour les frais d’essais ou d’analyses, désormais pris en charge par le Guichet unique et Sydonia.

Tout comme des résultats encourageants enregistrés en rapport avec les accréditations sur le plan international, implication croissante dans la dynamique du commerce multilatéral, dématérialisation et participation à la facilitation des échanges notamment par l’exécution sans réserve du Régime commercial simplifié du COMESA (RECOS)

Par K.Kap

*

*

Monter

Login

Lost your password?