..."/>

Conférence internationale de donateurs à Genève : Kinshasa invitée à revenir sur sa décision

gouvernement tshibala

Dans un Communiqué  N°016/RDC/VSV/CE/2017 daté du 4 avril 2018, la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) invite le gouvernement de la RDC à revenir sur sa décision de boycotter la conférence internationale de donateurs prévue à Genève, en suisse le 13 avril 2018.

Ce forum  sert à collecter des ressources financières nécessaires en vue d’apporter une assistance humanitaire adéquate et urgente dont plusieurs milliers des déplacés internes et refugiés congolais dans les pays voisins ainsi que des personnes malnutries  qui ont grandement besoin de cette aide humanitaire.

« La VSV réitère toutes affaires cessantes sa demande au Gouvernement de la RDC de se ressaisir et de revenir sur sa décision de boycott de la Conférence des donateurs pour l’intérêt des populations congolaises, victimes des violences et des atrocités ».

Mais l’ONGDH a exprimé ses inquiétudes et demeure préoccupée par le refus du gouvernement de la République Démocratique du Congo  de prendre part à cette Conférence de donateurs. La VSV note que les violences meurtrières récurrentes connues par la population  en RDC dans les provinces du Nord et Sud-Kivu, dans le Tanganyika et l’Espace Grand Kasaï, et récemment en Ituri n’ont fait qu’accroître considérablement les besoins en aide humanitaire.

Ce qui fait que le  niveau de l’ampleur de la crise humanitaire avancé par l’ONU, comparativement à l’appréciation du gouvernement de la RDC qui juge exagérés les chiffres avancés par l’ONU ne peut nullement constituer un motif fondé pour sécher une  Conférence si importante en vue de répondre rapidement aux besoins d’assistance humanitaire conséquente compte-tenu de nombreuses souffrances endurées par la population congolaise et particulièrement les déplacés internes et les réfugiés.

« Face aux difficultés de survie allant jusqu’à exposer certaines victimes à la mort à cause des maladies mal ou non soignées,  à la malnutrition sévère, à la promiscuité, au manque d’hébergement et aux mauvaises conditions hygiéniques ainsi qu’à la précarité prononcée dans laquelle vivent des personnes vulnérables dont les femmes enceintes, les enfants et les personnes de 3ème âge ou les vieillards, le gouvernement doit plutôt saisir l’opportunité qu’offre la conférence des donateurs pour la RDC au profit des populations congolaises, victimes des atrocités et violences meurtrières », a noté la VSV dans son document.

Pour cette ONGD, il n y a pas de honte, pour un Etat à se faire assister par la Communauté internationale regroupée au sein des Nations Unies qui ont, entre autres buts, conformément à la Charte des Nations, de réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d’ordre économique, social, intellectuel ou humanitaire…

Une intervention tardive

Tout en saluant l’annonce par le gouvernement de la RDC d’une enveloppe de cent millions de dollars américains (100 000 000 USD) à décaisser progressivement pour assister les victimes, la VSV pense que Kinshasa est en bonne position pour aller annoncer le premier sa contribution et le cas échéant, contredire avec chiffres à l’appui l’ampleur de la crise humanitaire telle que vue, perçue et annoncée par l’ONU.

L’association invite Kinshasa à accepter également les contributions financières proposées par la communauté internationale, pour soutenir le processus électoral avec l’organisation impérative des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales prévues le 23 décembre 2018.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?