..."/>

A quatre jours de la conférence de Genève, Crise humanitaire en RDC : l’ONU se rétracte !

Drapeau-RDCongo

Le niveau 3  où la RDC a été classée par les Nations Unies  en termes des urgences humanitaires  au même rang que  la Syrie, le Yemen, le Soudan du Sud… sera désactivé le 20 avril 2018 

Mark Lowcock, le coordonateur Humanitaire des Nations Unies et chef de Secours d’Urgence de l’ONU vient de se rétracter en félicitant le gouvernement de la RDC pour les efforts fournis, pour accroître l’aide aux populations  congolaises !

« En réponse à la détérioration de la situation humanitaire en République démocratique du Congo (RDC) par rapport à l’année précédente, le Comité permanent inter-agences a activé une réponse de niveau 3 le 20 octobre 2017, en mettant l’accent sur les provinces du Kasaï, du Tanganyika et du Sud-Kivu », a rappelé Mark Lowcock dans une déclaration publiée mercredi dernier dans la  soirée. Cette déclaration intervient à quatre jours de la conférence internationale de donateurs prévue le 13 avril 2018 à Genève afin de mobiliser les ressources financières importantes pour venir en aide aux déplacés nécessiteux.

« Cela a permis de mobiliser les capacités internationales pour intensifier le soutien humanitaire. Depuis l’activation du niveau 3, plus de 1,1 million de personnes ont reçu une assistance vitale dans les Kasaï, au Tanganyika et dans les Kivu. Les critères de référence établis le 20 octobre 2017 pour mesurer le passage au niveau 3 ont été largement respectés. Le niveau 3 sera donc désactivé le 20 avril 2018 », s’est-il félicité. De l’avis de plusieurs observateurs, cette déclaration pourrait amener Kinshasa à revenir sur sa décision de boycotter la rencontre de Genève.

A en croire le chef des Affaires humanitaires des Nations Unies, étant donné que le problème le plus crucial pour la réponse humanitaire est le financement, il est essentiel de se concentrer maintenant sur la collecte des fonds nécessaires pour atteindre les personnes qui ont besoin d’une aide humanitaire vitale dans toute la RDC. En effet, le plan d’intervention humanitaire des Nations Unies pour 2018 nécessite 1,7 milliard de dollars.

« Je suis impatient de poursuivre une collaboration étroite avec les autorités alors que nous continuons à nous efforcer d’aider des millions de personnes à travers le pays », a conclu Mark Lowcock.
Notons que le Haut- Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l’italien Filippo Grandi effectué le mardi 3 avril à Kinshasa une visite officielle de quatre jours en RDC et s’est entretenu avec des membres du gouvernement, la communauté humanitaire et diplomatique ainsi qu’avec des réfugiés. Le numéro 1 du HCR s’était également rendu dans plusieurs localités de l’Est du pays afin d’évaluer la situation humanitaire avant la conférence de Genève. A cette occasion, Filippo Grandi s’est entretenu avec des réfugiés et des personnes déplacées.

Réaction de satisfaction de FBCP

Dans un communiqué, la Fondation Bill Clinton Pour la Paix (FBCP) se dit satisfaite de la visite du numéro 1 du HCR en RDC.  « La RDC est parmi les pays qui accueillent un grand nombre des réfugiés  mais elle ne dispose pas de moyens matériels et financiers assez suffisant, pour assister cette catégorie d’hommes sur son territoire depuis la création de la Commission Nationale Pour les Réfugies CNR en 2002 », a noté Emmanuel Cole Adu , président de FBCP. Mais l’organisation a saluée  les efforts consentis par le HCR dans l’assistance et l’aide aux refugiés.

L’organisation déplore l’existence de certains agents du HCR qui profitent de la vulnérabilité des ces réfugies et demandeurs d’asile et autres, pour les maltraiter au nom du HCR, ce qui est inhumain et inacceptable.  La FBCP exhorte le gouvernement Congolais à bien vouloir participer à la conférence de Genève sur les fonds d’aide pour la RDC, afin d’allouer à la Commission Nationale pour Réfugies et au HCR et autres Organisations Humanitaire et aux l’Etat Congolais, des moyens nécessaires, pour améliorer la situation des réfugies, des déplacés internes, demandeurs d’asile.

La FBCP pense qu’au cas où le gouvernement Congolais refuserait de participer à la Conférence de Genève, que le HCR réduise drastiquement son aide à la CNR.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?