..."/>

Humanitaires : Kinshasa tente une réunion parallèle à Genève

refugiés

L’objectif serait de faire obstacle à la première conférence internationale des donateurs pour la RDC qui se tient, sauf imprévu, ce jeudi 12 avril dans la capitale helvétique

Sauf imprévu, Genève, la capitale Suisse abrite ce jeudi 12 Avril 2018 la première conférence internationale des donateurs pour la RDC. Cette rencontre de haut niveau est organisée par Bureau des affaires humanitaires de l’Onu (OCHA) et l’Union Européenne, et a pour objectif de récolter 1,37 milliards d’Euros pour financer les actions humanitaires en RDC où des milliers de Congolais dépendent de l’aide humanitaire.

Mais cette conférence se tient sans la présence des officiels congolais. Ces derniers ont jugé mieux de boycotter ces assises, accusant les organisations humanitaires de faire la mauvaise publicité de la RDC en ce qui concerne la situation humanitaire dans le pays. D’après la Libreafrique, Kinshasa a loué une salle non loin du lieu prévu pour la réunion internationale afin de donner une conférence de presse parallèle.

 La Mission permanente congolaise auprès de l’Onu à Genève a fait savoir aux autorités suédoises que le gouvernement de Kinshasa était « le représentant officiel et légitime des populations congolaises pour lesquelles l’assistance humanitaire est sollicitée », s’indignant que Stockholm s’associe à l’organisation de la conférence de Genève sans requérir au préalable son point de vue.

Dans sa lettre, elle  juge « inacceptable » et « inamical » le comportement du gouvernement suédois « qui viole le cadre juridique existant ainsi que les principes et actions en matière d’assistance et de protection dans le cadre de l’action humanitaire internationale ».

« Si Stockholm ne se pliait pas aux exigences de Kinshasa, le gouvernement congolais se verrait dans l’obligation d’en tirer les conséquences qui s’imposent », tance–t- elle.
Selon les agences humanitaires de l’Onu, trois provinces de la RDC, à savoir Kasaï, Sud-Kivu et Tangnyika, ont atteint le degré maximal d’urgence humanitaire en 2017 (niveau L3).

Elles notent que 13 millions de personnes ont besoin d’aide en RDC en 2018. L’Onu estime à 4,5 millions le nombre de déplacés et à plus de deux millions celui des enfants menacés par la famine. Selon Kinshasa, les chiffres de l’Onu et des ONG travaillant sur le terrain sont « excessifs » et « véhiculent une mauvaise image de la RDC à travers le monde ».

Les autorités congolaises ne reconnaissent que 230.000 déplacés dans leur pays. Dès fin mars, les autorités congolaises ont fait savoir qu’elles ne participeraient pas à la conférence de Genève qui s’ouvre ce jeudi 12 avril.

Réactions virulentes de Monsengwo, Mukwege…

Dans un entretien diffusé par la télévision catholique Elikya   (RTCE), le cardinal Laurent Monsengwo Pansinya a approuvé la tenue de la conférence de Genève et a promis de « travailler pour que l’aide qui sera donnée soit remise aux gens qui souffrent».

A l’issue de la messe qu’il a célébrée dimanche au Centre Lindonge de Kinshasa, le Cardinal a indiqué : « On ne peut pas refuser une aide quand on a les mains vides ».  Fin mars, le  gynécologue Denis Mukwege qui soigne les femmes violées au Sud-Kivu, avait déclaré à la presse qu’il considérait le refus de Kinshasa de participer à la conférence de Genève comme « un nouveau scandale ».

« Nous sommes dirigés par des gens qui ne nous aiment pas », avait-il amèrement regretté. « C’est tout à fait criminel! », s’était-il exclamé.  A Lubumbashi, l’Institut de recherche en droits humains (IRDH) a invité le gouvernement congolais « à s’acquitter de son obligation de participer à la mobilisation de fonds (…) au lieu de rejeter l’offre de solidarité internationale ».

Et de souligner que « la solidarité internationale est un droit des peuples qui ressort de la Charte de l’Onu et non une mendicité internationale. Et d’ajouter qu’une politique « qui consisterait à refuser ou empêcher qu’une assistance humanitaire parvienne à une population qui en a urgemment besoin, est un élément substantiel de violation du droit international humanitaire ».

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?