..."/>

Ngiri-Ngiri : Les vendeurs du marché Bayaka veulent aller en grève ce lundi

Les vendeurs du marché Bayaka ont annoncé depuis le weekend dernier qu’ils vont fermer leurs maisons commerciales ce lundi 23 avril. Il s’agit pour eux   de  demander aux autorités de la ville de Kinshasa de mettre de l’ordre dans ce secteur en ce qui concerne le commerce de détail. Selon un de ces vendeurs, le commerce de détail est légalement réservé aux nationaux.

Aussi sont-ils surpris de voir des Indo-Pakistanais ouvrir leurs maisons juste à côté de ce marché et  commencer  à vendre leurs marchandises au pris du détail. Précisant qu’ils ne refusent pas que les Indo-Pakistanais fassent leur commerce partout  où ils veulent, les vendeurs de ce marché  précisent que ces personnes doivent continuer à vendre au prix de gros, comme ils l’ont toujours fait et leur laisser la vente au détail.

Le fait de menacer d’arrêter le travail ce lundi, ont-il dit, est une expression de mécontentement qui va pousser les autorités de la ville de Kinshasa  à vite intervenir pour leur permettre de bien continuer ce petit commerce qui leur permet de nourrir leurs familles, payer les loyers et de faire face à d’autres problèmes nécessitant l’argent.

Pour rappel, le marché Bayaka, situé dans la commune de Ngiri-Ngiri,  est un lieu de négoce de référence dans cette commune du Sud-est de la capitale rd congolaise, implanté entre les avenues Mokoto et Lokelenge, et situé de part et d’autre de l’avenue Assossa. « Wenze ya Bayaka » est reconnu pour la vente d’outils métalliques.

Circulant dans les allées de ce marché, les visiteurs ont le loisir de marchander vivres, friperies, triplex, chevrons et autres objets. Dans ce lieu de vente, la ferraille fait la loi. On y vend principalement de la quincaillerie, des pièces de rechange pour véhicules, des clefs de roue, des barres de fer destinées généralement à la construction des bâtisses…

«Dans ce marché, ce sont plus les vendeurs des outils métalliques et des bois de construction qui écoulent rapidement et en grande quantité leurs marchandises. C’est curieusement leurs pavillons qui n’ont pas encore été réhabilités.

Par contre, les vendeuses des produits alimentaires, qui opèrent désormais dans des pavillons érigés en matériaux durables, attirent moins des consommateurs par rapport aux autres petits marchés environnants.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?