..."/>

Financés par la Banque mondiale : Parrsa-FA et Picagl lancés dans le secteur agricole en RDC

Ce qui va permettre au deuxième projet de plus de 150 millions USD de lutter contre la pauvreté dans la région des Grands Lacs!

Parrsa-FA (Projet d’appui à la réhabilitation et à la relance du secteur agricole – Financement additionnel) et Picagl (Programme intégré de croissance agricole dans les Grands Lacs), sont deux projets, considérés comme porteurs de croissance, viennent d’être lancés en RD Congo. Financés par la Banque mondiale à la hauteur de 152 millions USD, ils permettent désormais de relancer le secteur agricole congolais.

La cérémonie de lancement de ces deux projets, présidée par le ministre des Finances, Henry Yav, s’est déroulée le 07 mai dernier à Kempinski Fleuve Congo Hôtel en présence des autres membres du gouvernement congolais ainsi que nombreuses personnalités notamment diplomatiques et le nouveau directeur des Opérations de la Banque mondiale en RD Congo.

Le ministre Henry yav a profité de l’occasion pour remercier cette institution de Breton Wood pour son engagement dans l’appui à la relance agricole dans le pays en cette période, où la RD Congo, qui connaît énormément des problèmes économiques, tient à diversifier son économie.

Alfred Kibangula Asoyo, coordonnateur de deux projets, a précisé de prime à bord que Picagl est financé par crédit IDA à la hauteur de 150 millions USD et 2,7 USD par un don du Japon. Approuvé le 21 juin 2016 et mis en vigueur depuis le 16 mars 2018, Picagl a une durée de cinq ans, son coordonnateur a rappelé le moment d’attente pour son lancement.

Picagl est donc mis en œuvre dans le corridor Bukavu – Uvira – Fizi – Province du Sud Kivu –  et Kalemie, dans la province du Tanganyika. Il permet d’augmenter la productivité agricole et commercialisation dans les zones libres ciblées en RD Congo. Il permet aussi d’améliorer l’intégration régionale et d’apporter une réponse immédiate et efficace en cas de crise urgente déclarée dans ces parties du pays.

Dans ses objectifs, Picagl devra atteindre 200.000 ménages agricoles, aménager 4.000 hectares de périmètres rizicoles et réhabiliter 540 kilomètres de routes de desserte agricoles, a précisé le même coordonnateur du projet. Concernant Parrsa-FA, quatre composantes sont ciblées dans le programme, selon le coordonnateurs Alfred Kibangula.

Il s’agit du développement de la chaine de valeur agricole, de l’appui au développement du secteur agro-industriel, de l’intégration régionale et du renforcement des services d’appui. Il ne faut pas oublier l’évaluation du projet proprement-dit. Aussi, la Banque mondiale a octroyé à la RD Congo un crédit de 75 millions USD à titre de financement additionnel du projet Parrsa et don CAFI d’une valeur de 3.640.000 USD pour une durée de trois ans.

Mis en œuvre depuis le 31 décembre 2010 dans la partie Nord de l’ancienne province de l’Equateur (Nord-Ubangi, Sud-Ubangi, Mongala) ainsi que dans le Pool Malebo, à Kinshasa, le Parrsa devait se clôturer initialement le 15 décembre 2015. Mais compte tenu de la non-finalisation des activités qui étaient prévues, ce projet a bénéficié d’une rallonge jusqu’au 30 novembre 2017 pour permettre l’achèvement de ces activités.

Pour l’heure, le Parrsa, contrairement au financement initial, s’étend aux territoires de Libenge, dans la province du Sud-Ubangi, et Bongandanga dans la Mongala. Le projet additionnel permet de développer les filières de culture pérenne telles que le café, le cacao.

Par L. Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?