..."/>

Championnat national de football : Quand Ngoy Kasanji demande au ministre des Sports de ne pas accorder une dérogation à la Linafoot

Ngoyi-Kasanji-President-Sanga-Balende

Le play-off à l’heure des calculs et des alliances

Le président de Sa Majesté Sanga Balende estime que le ministre des Sports du gouvernement central ne doit pas accorder la dérogation qui permettra à la Ligue nationale de football de poursuivre le championnat de la D1 au-delà du 31 mai. Ceci, pour permettre à son club de remporter l’édition 2017-2018 de la Vodacom Ligue 1 dont la team rouge et or occupe la première place au terme de la manche aller.

Le numéro 1 de « Ne Bangelo, ne basantu » de Mbuji-Mayi ne s’appuie pas seulement sur la fin de la saison sportive en football en République démocratique du Congo qui intervient à la fin de ce mois. Il pousse aussi et surtout l’argument de l’organisation de la Coupe du monde en Russie à partir de juin pour justifier sa thèse. Qui, pour lui, exige une trêve à travers le monde afin de suivre la plus grande messe du ballon sur la planète Terre.

Le plus léger des arguments qu’avance Ngokas est que d’autres grandes formations du pays avaient, dans le passé, bénéficié de pareils arrêts du championnat national pour se coiffer les lauriers de la compétition et se retrouver par la suite en compétition africaine. A croire que la poursuite du play-off l’effraie.

L’homme ne s’est pas arrêté à si bon chemin. Selon Bosco Mwehu, président de la commission de gestion de la Linafoot, Ngokas a écrit au ministre des Sports du gouvernement central afin de lui demander de ne pas autoriser la poursuite du marathon pour la tenue de la manche retour de l’actuel play-off.

De ce message, Alphonse Ngoy Kasanji a réservé une copie au patron de la grande ligue.

De quoi se demander à quel titre il s’est adressé au ministre de tutelle. Celui de dirigeant sportif ne l’autorisant pas de correspondre directement au chef du département gouvernemental des Sports, il ne  peut l’avoir fait que sous son statut de gouverneur de la province du Kasaï-Oriental. Ce que ne permet pas la Fédération internationale de football association : l’ingérence du politique dans la gestion du football.

La D1 à l’heure des alliances et des calculs

Le play-off de la Vodacom Ligue 1 est présentement à l’heure des calculs et des alliances. Les déclarations de Ngoy Kasanji à la presse sur le souhait de son équipe de voir le championnat s’arrêter à la mi-saison en est une parfaite démonstration.

Le revers de la médaille est que le ministre est maintenant dos au mur. Ou il accepte la dérogation demandée par la FECOFA au nom de laquelle la FIFA organise la compétition nationale, ou il s’aligne derrière Ngoy Kasanji au quel cas l’opinion ne manquera pas d’en faire ses choux blancs.

Si Sanga Balende compte sur l’arrêt du championnat pour remporter la saison, d’autres formations s’accrochent sur des alliances plus ou moins orthodoxes afin d’occuper les places qualificatives aux compétitions africaines l’année prochaine.

Puisque toutes les équipes du play-off sont assurées de garder la D1 la saison prochaine, on assiste à une sorte de marchandage de points entre celles qui visent les places utiles de l’année sportive et celles qui n’ont plus rien à gagner, ni à perdre. Ajouter à cela la modification de la réglementation sur le forfait qui est intervenue en plein championnat. Des forfaits se suivent sans se ressembler.

En attendant la réaction du ministère de tutelle sur la poursuite ou non de la compétition après le 31 mai, le play-off réserve quelques joutes croustillantes avant que les rideaux ne tombent sur sa phase aller.

Par JC Lomboto

*

*

Monter

Login

Lost your password?