..."/>

Enseignement Primaire et Secondaire, Enafep : examen ou fonds de commerce des propriétaires d’écoles?

les èleves du congo kinshasa

Pour passer ces épreuves, chaque parent d’élève obligé de payer  entre  15.500 à 30.000Fc selon les établissements scolaires !

Dans un rapport, le troisième du genre, Action contre les violations des droits des personnes vulnérables(ACVDP) fustige la pratique constatée dans l’opération de passation des épreuves de l’Examen national de fin d’Etudes primaires(ENAFEP). Cette épreuve étant pratiquement devenue un fonds de commerce en RDC où chaque parent d’élève à Kinshasa est obligé de payer entre 15.500 à 30.000Fc par écolier et  selon les établissements scolaires !

L’augmentation de frais est de l’ordre de 45 pourcent par rapport à ceux perçus en 2017-2018 qui s’élevaient à 8500fc. Les résultats d’enquête effectuée par cette organisation dans 33 écoles publiques  de Barumbu, Limete, Ngaliema, Selembao, Kimbanseke… dans le but de comprendre le contexte général de l’application des droits économiques , sociaux et culturels , particulièrement le droit à l’éducation, sont plus qu’éloquents.

C’est pourquoi ACVDP fustige cette pratique, étant donné que  les frais fixés par l’Hôtel de ville ne tiennent pas compte du faible pouvoir d’achat de la population. Ce qui viole les instruments juridiques des droits de l’enfant tant nationaux qu’internationaux ratifiés par la RDC.

Malgré les promesses faites par les autorités de mettre fin à la prise en charge du système éducatif au niveau fondamental par les parents, ACVDP constate que la réalité sur terrain est contraire aux déclarations d’intention de l’Etat congolais. Le rapport de l’ONGDH confirme le financement de l’ENAFEP par les parents.

Face à cette situation, « Action contre les violations des droits des personnes vulnérables »  formule une série de recommandations en prenant compte les obligations de l’Etat conformément  aux instruments juridiques internationaux des droits de l’enfant et la Constitution congolaise.

ACVDP invite par ailleurs le Gouvernement congolais à mettre en application ses recommandations, afin d’assurer le respect du droit à l’éducation reconnu à chaque enfant. Cela par la suppression des frais de participation à l’ENAFEP  qui ont été toujours pris en compte dans le budget  de l’Etat.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?