..."/>

Avant l’appel des candidatures pour les provinciales : Dernier cadrage CENI-partis et regroupements politiques

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

La CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) plante déjà le décor pour procéder à l’appel aux candidatures, le 23 juin de cette année, pour les élections provinciales, avant celles des législatives nationales et de la présidentielle prévues un mois après, soit en juillet 2018.

C’est ainsi qu’avant de procéder à l’appel des candidatures pour ces provinciales, la centrale électorale congolaise  invite, ce mardi 12 juin, diverses formations politiques à une réunion d’échange et d’information au siège de cette institution d’appui à la démocratie, à Kinshasa. C’est dans le cadre du Comité de liaison CENI-partis politiques pour annoncer l’ouverture des Bureaux de Réception et Traitement des Candidatures (BRTC), et de la liste des partis politiques légalement reconnus en RD Congo.

D’autres sujets d’échange et d’information sont le dépôt des versions physiques et électroniques des logos des partis politiques et regroupements politiques à la CENI, ainsi que le rappel sur des dispositions du Code de bonne conduite des candidats partis politiques et regroupements politiques, les mesures d’application de la loi électorale.

Le problème est celui de savoir si les partis politiques et regroupements politiques de l’Opposition politiques vont  participer tous à cette rencontre, eux qui reprochent, pour la plupart, à la CENI sa détermination à utiliser la machine à voter, contestée par la grande partie des opérateurs politiques.

Parmi ces partis politiques de l’Opposition qui risquent de ne pas prendre part à la réunion d’échange et d’information, il faut citer l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), ainsi que ses alliés, qui ne cesse de réclamer le départ du rapporteur Jean-Pierre Kalamba, pour son remplacement par un délégué de cette formation politique chère au défunt Etienne Tshisekedi.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?