..."/>

AFDC : rupture consommée entre Bahati et Kokonyangi

Bahati-et-Kokonyangi-2

Initiateur et autorité morale du parti  dit constater l’auto-exclusion du 3ème vice président et lui reproche « son implication  active et directe dans la démobilisation des militants et cadres de ce parti »

L’Alliance des Forces démocratiques  du Congo (AFDC), deuxième parti de la Majorité présidentielle  après le PPRD, vient de suspendre à titre conservatoire son 3ème vice-président national qui n’est autre que Joseph Kokonyangi, actuel ministre de l’Urbanisme et Habitat au sein du Gouvernement Tshibala.

Ainsi en a décidé Modeste Bahati, initiateur de l’AFDC et autorité morale de cette formation politique qui, dans une correspondance datée du 6 juin 2018, vient de porter cette décision à la connaissance du Vice-premier ministre  en charge de l’Intérieur et Sécurité, tout en réservant copie au Président de la République, autorité morale de la Majorité Présidentielle (MP) ainsi qu’au président de l’Assemblée Nationale et secrétaire général de la MP.

Selon cette correspondance qui alimente aussi les réseaux sociaux, le parti de Modeste Bahati reproche à son 3ème vice-président national  « sa non participation aux activités de l’AFDC et le fait de s’afficher de plus en plus dans des rencontres politiques aux côtés des autres partis ou regroupements ». Comportement qui, de l’avis de l’autorité morale de l’AFDC, éloigne Joseph Kokonyangi de sa propre formation politique.

Bahati Lukwebo qui est  ministre d’Etat en charge du Plan au sein de l’Exécutif national  reproche également à son 3ème vice-président national    « son implication directe et active dans la démobilisation des militants et cadres de l’AFDC ».

Griefs auxquels l’initiateur du parti ajoute aussi le défaut de cotisations et son indisponibilité prolongée au  détriment du parti par la mise sur pied d’un mécanisme d’inaccessibilité  même à l’endroit de l’autorité morale de cette formation politique,  fait remarquer l’auteur de la correspondance adressée au Vice-premier ministre de l’Intérieur.

Pour l’autorité morale de l’AFDC, Joseph Kokonyangi en sa qualité de 3ème vice-président national est censé savoir qu’il lui revenait de faire montre de disponibilité permanente.  Le parti de Bahati reproche également à son 3ème vice-président national « son refus de répondre à l’invitation lui adressée par l’initiateur du parti pour fournir les éléments justifiant son désintéressement accru aux activités du parti.

Pour l’AFDC, par tous ces manquements, Joseph Kokonyangi s’est mis « dans une position d’auto-exclusion au regard des articles 16 et 39 des Statuts du parti ainsi que de l’article 20 du Règlement intérieur.  Aussi le parti le somme-t-il de ne plus engager ni représenter l’AFDC.

Dans cette correspondance qui vient étaler au grand jour la rupture consommée entre l’initiateur de l’AFDC  et son bouillant 3ème vice-président national, Modeste Bahati conclut « en retirant à celui-ci cette fonction à titre conservatoire ».  Et une réunion du collège des fondateurs, organe disciplinaire des membres fondateurs, sera  bientôt convoquée pour  statuer sur cette décision.

La réaction de Joseph Kokonyangi ne s’est pas fait attendre. S’exprimant hier mardi 12juin devant quelques journalistes, le ministre de l’Urbanisme et  Habitat qui est aussi secrétaire général adjoint de la MP a pratiquement confirmé la rupture avec l’initiateur de l’AFDC en  déclarant : « moi, je sers un seul maître, une seule personne, c’est Joseph Kabila. Je suis au service de cette personne-là ; on ne peut pas servir deux maîtres. Et lorsque je vois que ça ne va pas, alors je me comporte de manière proportionnelle » (sic) !

Par DMK

*

*

Monter

Login

Lost your password?