..."/>

A la veille de la clôture de la session de mars prévue demain vendredi :Le remplacement du rapporteur de la CENI suscite encore des remous

ceni

Le remplacement de Jean-Pierre Kalamba, actuel rapporteur de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), n’est pas toujours effectif, en dépit des requêtes formulées aux instantes compétentes par les députés nationaux membres du groupe parlementaire UDPS/Alliés.
C’est ce groupe parlementaire qui avait délégué Jean-Pierre Kalamba à la CENI et qui cherche à le remplacer comme les groupes parlementaires MLC/Alliés et PPRD/Alliés avaient remplacé leurs délégués respectifs.

Lors de la séance plénière du mercredi 13 juin, cette question a été, une fois de plus, soulevée. Dans une motion d’information présentée à l’Assemblée Plénière, le député nationale Toussaint Alonga a rappelé au Bureau de la représentation nationale que deux jours seulement restent pour la clôture officielle de la session parlementaire ordinaire de mars 2018, prévue demain vendredi 15 juin. Cet élu du peuple a invité le Bureau à prendre ses dispositions pour encourager un aboutissement heureux de ce dossier qui traîne encore à la commission politique, administrative et juridique (PAJ) de la chambre basse.

Dans une interview diffusée en début de semaine par Radio Okapi, une chaîne parrainée par la MONUSCO, le président de la CENI, Corneille Nangaa, a déclaré que ce remplacement est la seule question qui reste à régler sur le plan législatif   pour que la voie vers la tenue des élections du 23 décembre prochain soit totalement dégagée.

Mais, les tergiversations observées à ce jour au niveau de la chambre basse du Parlement de la République ne sont pas du genre à rassurer l’opinion quant à ce, à moins que la situation soit décantée ce jeudi ou demain vendredi avant la cérémonie de clôture.

Après cette motion d’information, les 298 députés nationaux présents ont voté, en séance subséquente, le projet de loi fixant les règles relatives à la liberté des prix et à la concurrence, ainsi que la proposition de loi organique portant composition, organisation et fonctionnement de la Cour des Comptes. Chacun de ces deux textes légaux a été voté en raison de 295 voix favorables et 3 voix contre.

Les textes ont été envoyés au Président de la République pour promulgation. Concernant la proposition de loi organique susmentionnée, sa promulgation est conditionnée par un avis favorable de la Cour Constitutionnelle.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?