..."/>

Ouverture de la Semaine Française de Kinshasa : La RDC et la France pour le renforcement de la coopération économique

L’ouverture de la 5ème édition de la Semaine Française de Kinshasa est intervenue dans la soirée du mercredi 13 juin dernier au Pullman hôtel, dans la commune de la Gombe. La coupure du ruban symbolisant le lancement de cette grande rencontre entre investisseurs congolais et français a été faite par le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et Coopération, Léonard She Okitundu, avant la visite des stands.

C’était notamment en présence de l’Ambassadeur de France en RDC, de l’Ambassadeur de la RDC en France, du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-Congolaise (CCIFC) et de son Vice-président,  du Conseiller du Commerce Extérieur de la France (CCEF) et de certains membres du Gouvernement Congolais.

She Okitundu a, dans son mot d’ouverture, reconnu les retombées de la Semaine Française de Kinshasa ayant facilité l’implantation des entreprises françaises pour le développement économique de la RDC. La langue étant un vecteur important, il pense que cela facilite déjà l’implantation des entreprises françaises dans son pays, avant d’insister cette année,  sur l’appel de ces investisseurs.

 » Actuellement les importations françaises sont concentrées dans les domaines suivants : équipement métallique 30%, produits pharmaceutiques 28%, produits agricoles et agro-alimentaires 34% ; et l’importation française représente 1% des exportations congolaises constituées essentiellement des produits agricoles et agro-alimentaires. Nous devons faire mieux « , a soutenu She Okitundu.

Lors de son intervention, le Président de la CCIFC, Ambroise Tshiyoyo a fait d’abord savoir que la Semaine Française de Kinshasa s’inscrit désormais comme une tribune annuelle de la promotion de la coopération économique entre la France et la RDC. Placée sous le thème :  » sécurisation des affaires. Une nécessité. Un défi « , cette 5ème édition, se tient dans une période particulièrement marquée par la préparation des échéances électorales en RDC afin de doter le pays des nouvelles institutions et d’assurer sa stabilité.

 » Dans ce contexte, organiser la Semaine Française sous ce thème constitue en soi une profession de foi en l’avenir de notre pays et témoigne à la foi de notre ultime conviction que les incertitudes politiques peuvent retarder le développement mais ne peut pas l’arrêter dans une économie qui a retrouvé ses fondamentaux « , a déclaré le Président Tshiyoyo qui a voulu rassuré les investisseurs censés s’approprier les instruments de la sécurisation des affaires pour une meilleure orientation de leurs ressources.

Cherchant à inciter les investisseurs à venir au Congo, le Président de la CCIF, a soulevé certains points positifs enregistrés dans ce pays. Sur le plan économique, il s’est référé aux échos en provenance du ministère des Finances et de la Banque Centrale du Congo estimant que les indicateurs macro-économiques sont au vert.

Sur le plan réglementaire, a-t-il poursuivi, le Gouvernement a entrepris certaines reformes. Il s’agit également de la loi sur l’assurance, la loi sur le code minier, de la loi sur la sous-traitance…afin de créer les conditions de l’émergence de l’économie pour une croissance durable. Il pense toutefois que la République devra fournir des efforts concernant la réforme de l’administration pour favoriser encore le climat des affaires.

L’Ambassadeur de France en RDC, Alain Rémy a fait savoir que les investisseurs français se sont installés en RDC dans la durée afin d’assurer une présence permanente dans divers secteurs.  » La France, à travers cette 5ème session s’inscrit dans la durée. Par ses entreprises qui sont présentes en RDC, elle s’affiche comme une partenaire.

Nos entreprises n’investissent pas au rythme de haut et de bas des cours des matières premières dont le Congo est riche mais nous nous inscrivons dans une volonté de dynamique d’affaires dans quasiment toutes les secteurs « , a affirmé Alain Rémy au cours de la conférence de presse.

Par la même occasion la ministre de la Jeunesse et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, Maguy Kiala a signé un partenariat avec une entreprise française pour le renforcement des capacités des jeunes Congolais en informatique.

Bien avant l’ouverture de ces assises, une conférence de presse, la deuxième après celle de l’annonce de l’événement, a été animée conjointement par l’Ambassadeur de France, le Président de la CCIFC, le Vice-président de la CCIFC et le Conseiller de (CCEF). La clôture de cette édition est prévue le samedi 16 juin. Elle est organisée par la CCIFC, en partenariat avec l’Ambassade de France en RDC et la section locale des CCEF en RDC.

Par Tantia Sakata

*

*

Monter

Login

Lost your password?