..."/>

Elections Décembre 2018 en RDC : Les chrétiens exhortés à bien discerner avant de passer au vote

marche catholique

La Commission des intellectuels en collaboration avec les commissions de communications sociales et de justice et paix de l’Eglise Saint Sacrement ont organisé le dimanche 24 juin une conférence-débat sur « les responsabilités des chrétiens face aux élections en RDC».

Orateur de cette conférence, l’abbé Luyeye, Curé de la paroisse Notre Dame de la Sagesse (NODASA) a invité les chrétiens au discernement. Pour lui, considérés par Dieu et l’Eglise comme la lumière du monde, les laïcs doivent s’efforcer à faire pénétrer l’esprit dans le milieu social en  montrant le bon chemin à leur semblable.

« L’enracinement de notre engagement est d’abord spirituel. Nous devons accepter de porter la croix. Chacun doit prendre conscience de ceci et dire clairement non sur ce qu’il ne voit pas claire. La question que doit se poser le laïc réside sur le fait de connaitre ce qu’il fait des biens moraux que lui enseigne l’Eglise », a-t-il souligné.

Abbé Luyeye a également dénoncé l’hypocrisie des organisations internationales face aux méfaits qui bloquent la bonne gouvernance en RDC. La plupart de ces organisations, affirme-t-il, se limite tout simplement à dénoncer ces méfaits sans pour autant prendre des décisions et opérées des actions concrètes pouvant remettre sur le droit chemin les différents acteurs de ces méfaits. Ainsi, remettre également la population dans ses droits.

Les chrétiens interpellés

Pour l’Abbé Luyeye, l’attitude des chrétiens devant ces élections est d’abord de discerner. « Chacun doit analyser ce qui se passe et décider s’il va voter ou pas. La question est de savoir si ces élections sont celles voulues par le peuple, balisées par l’Accord de la Saint Sylvestre. Si c’est le contraire, je suis désolé », a-t-il déclaré.

Et d’ajouté : « Ce n’est pas pour rien que les évêques avaient laissé leur diocèse pour venir dans ce dialogue qui a accouché l’Accord de la Saint Sylvestre. Le but était de chercher des voies et moyens pour le bien être congolais, aider le pays à aller de l’avant de manière consensuelle, avoir un cahier de charge commun et un itinéraire qui nous conduit vraiment vers des bonnes élections ».

Or malheureusement, confirme le numéro de la paroisse NODASA, à l’heure qu’il est ceux qui sont censé mettre en application cet accord, ne le font pas. Les medias publics restent l’apanage d’une tendance politique, les prisonniers politiques ne sont pas libérés, les décaissements des finances ne sont pas clairs et la machine à voter qu’on a amenée pose problème.

« Tout le monde voit bien que ces élections n’ont pas la confiance du peuple congolais », a-t-il précisé en martelant sur l’attitude que doit avoir un chrétien devant ce qui n’est pas bon : « Il y’a une procédure à suivre pour arriver aux élections libre et transparentes. Mais tel que nous voyons les choses, les conditions ne sont pas réunies.

Il n’y a aucun respect des closes de l’Accord de la Saint Sylvestre. Nous allons vers la tricherie organisée. Tous les audits faits, jusque là, prouvent que les choses ne sont pas prêtes pour des bonnes élections. Et les chrétiens ne doivent pas avoir froid aux yeux pour le dire clairement puisque le premier champ des laïcs c’est l’évangélisation du monde ».

Déçue par la Ceni

L’abbé Luyeye s’est dit, par ailleurs, choqué par les réponses du Président de la Ceni, Corneille Naanga face aux questions de Florence Morice de la Radio France Internationale (RFI) sur la sécurité de ces scrutins qui auront lieu, sauf imprévu, en Décembre 2018. Il juge de très négligeables les réponses du numéro un de la ceni face à des questions aussi importantes. Ceci, selon lui, démontre à quel point ces élections ne sont pas fiables.

Présent à la dite conférence-débat, certains participants ont proposés aux chrétiens de boycotter ces élections puisque, selon eux, elles ne sont pas sur la bonne voie.

Par Carroll Madiya

*

*

Monter

Login

Lost your password?