..."/>

Cri de détresse de la VSV en faveur des enfants malnutris du Kasaï

VSV

Dans un document, la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV)  lance un cri de détresse en faveur des milliers de femmes allaitantes et enfants malnutris dans des territoires post-conflits, ainsi que des milliers de déplacés internes abandonnés à leur triste sort, sans une prise en charge totale et adéquate de la part du gouvernement congolais.

Selon les informations parvenues à la VSV, de milliers des femmes allaitantes et d’enfants ayant fui les conflits opposant des miliciens  « Kamuina Nsapu » aux forces de sécurité gouvernementales souffrent de malnutrition aiguë et sévère, entre autres  dans les territoires de Dibaya, Dimbelenge, Kazumba, et ce, sans que le gouvernement congolais ne prenne des mesures adéquates pour apporter des solutions appropriées aux nombreuses personnes dont certaines sont devenues squelettiques.

Sur un autre registre, VSV signale que de milliers des déplacés internes vivent dans des conditions extrêmement précaires à Uvira et à Fizi, dans la province du Sud-Kivu, après avoir fui des atrocités provoquées par des violences armées intercommunautaires.

Pour la VSV, il est étonnant que le gouvernement congolais ne soit parvenu depuis lors à prendre totalement en charge les déplacés internes alors que le même gouvernement en refusant de participer à la Conférence Internationale des donateurs organisée en avril 2018, à Genève pour le compte de la RDC, s’est déclaré capable de débloquer progressivement cent million des dollars américains (100.000 000$ US) pour venir en aide à « ses compatriotes ».

Kinshasa doit se ressaisir

Face à cette situation  combien déshumanisante, il est temps que le gouvernement congolais se ressaisisse en débloquant effectivement ladite somme afin d’apporter des solutions appropriées à la situation précaire de milliers des déplacés qui continuent à croupir dans la misère la plus indescriptible et ce, sans soutien réel.

« Il est plus que temps que les cris de détresse, la sonnette d’alarme et le SOS des évêques de l’archidiocèse de Kananga et des diocèses de Luiza, Luebo et Mweka soient entendus et pris en compte par les autorités congolaises en vue de sauver des vies humaines menacées de mort des suites de la malnutrition », note VSV dans son communiqué.

L’ONGDH invite les autorités congolaises à agir au lieu de laisser les  églises et les humanitaires seuls s’occuper des Congolais en détresse. L’organisation invite Kinshasa à prendre effectivement en charge les déplacés internes et améliorer sur terrain leurs conditions de vie. Ceci par la mise en place d’une Commission indépendante pour le suivi et la gestion de fonds décaissés et de stocks.

Le Parlement est appelé à interpeller le Premier ministre relativement à la situation de crise humanitaire en RDC afin de dégager des pistes de solutions adéquates et  durables, en vue de remédier à la situation.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?