..."/>

Micros investissements à Kinshasa : L’Exécutif provincial annonce la mise en place d’un fonds de garantie

Guy Matondo

Guy Matondo indique que ce fonds de garantie permettrait aux micros investissements d’avoir la facilité d’accéder  à  des banques

Préoccupé par la situation des personnes pratiquant le petit commerce dans la ville de Kinshasa, le ministre provincial des finances, économie et petite et moyenne entreprise, Guy Matondo a annoncé la mise en place,  pour ces derniers, d’un fonds de garantie devant leur permettre d’avoir la facilité d’accéder  à  des banques  parce que n’ayant pas, pour la plupart d’entre-eux, des  hypothèques.

Il a exprimé cette préoccupation lors du démarrage des travaux   qu’organise son institution  du 11 au 18 juillet 2018 avec l’appui financier du Comité  d’Orientation de la Reforme des Finances Publiques(COREF) et du Projet de renforcement de la recevabilité et de la gestion des finances publiques (PROFIT-CONGO  sur le « Dialogue fiscal   sur la rationalisation de la collecte de l’impôt foncier et l’impôt sur le revenu locatif dus par les personnes physiques et la mise en œuvre d’une taxation unique pour les petits commerçants ».

Kinshasa au-delà  des impôts  perçus

Par rapport à une ordonnance-loi signée par le président de la République sur la nomenclature,  le ministère des finances que chapote M. Guy Matondo  a initié  une réflexion pour la mise en place d’une taxe unique dans le souci de protéger les petits commerçants œuvrant dans le secteur informel, les ramener dans le secteur formel  en vue d’être bien accompagnés sur le plan fiscal.

Pour lui, la ville de Kinshasa ne peut vivre que de l’impôt  perçu auprès de la population sur l’espace foncier, bâti et non bâti. Par rapport à cela, a-t-il dit, un mécanisme est entrain d’être mis en place où tous les kinois seront amenés à payer l’impôt quelle que soit sa forme.

Si à l’époque un civisme fiscal a été initié et toute la notion a été perdue parce que n’ayant pas cette culture, aujourd’hui ce ministère s’est forgé pendant près de dix ans en battant campagne pour emmener les kinois à comprendre qu’ils ne peuvent construire leur ville que lorsqu’ils payent l’impôt.

C’est dans ce cadre qu’il faut passer par des mécanismes pour obtenir le payement auprès de la population,    notamment par le ministère du travail (à travers la commission mixte), la fonction publique (les fonctionnaires de l’Etat) ainsi que par  les organisations professionnelles (ceux qui œuvrent dans le secteur du commerce et des activités économiques).

Mise en place de la taxation unique

Concernant ce point, le ministre provincial a précisé qu’il n’y aura plus de services comme environnement ou culture qui feront la ronde dans des boutiques, ni des PME pour un tel travail. Au contraire, la taxation unique payée couvrira et la patente  et les différentes taxes réunies voire l’impôt forfaitaire de la Direction Générale des Impôts.

Dans ce cas, les nombres de contrôles sur terrain seront aussi diminués car le ministre mettra à la disposition de la population ce qu’est le civisme fiscal pour que cette dernière soit à l’aise et définisse quels sont les droits auxquels elle est soumise par rapport à la nature de son activité.

Le ministre provincial a également indiqué que son institution est entrain de se battre pour revoir la taxation sur la facturation de l’énergie.Il convient de rappeler que ces assises réunissent les membres des organisations professionnelles, les députés, cadres et agents de la direction financière, etc.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?