..."/>

Hier devant le Parlement réuni en Congrès J. Kabila passe à côté de l’essentiel !

kabila

Alors que l’opinion nationale et internationale attendait qu’il dise clairement qu’il ne se présentera pas à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre 2018, le Président congolais a préféré entretenir un flou à ce sujet et vanter des réalisations sans impact sur le social de la population.

Le Président de la République s’est finalement adressé, jeudi 19 juillet, aux sénateurs et députés nationaux réunis en Congrès, à travers un message sur l’état de la nation, comme annoncé le 20 juin dans le discours prononcé par Aubin Minaku, président de l’Assemblée Nationale, lors de l’ouverture de la session parlementaire extraordinaire clôturée hier.

Du début à la fin de cette allocution tant attendue, Joseph Kabila a, d’une part, vanté des performances qu’il croit avoir réalisées depuis son arrivée au pouvoir en 2001 et, d’autre part, entretenu un flou artistique sur son avenir politique, alors que l’opinion tant nationale qu’internationale attendait impatiemment qu’il dise clairement s’il ne va pas se présenter à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre 2018.

D’entrée de jeu, Joseph Kabila a lancé, comme pour détendre l’atmosphère dans la salle des Congrès du Palais du Peuple remplie des cadres et applaudisseurs de la MP, siège du Parlement, que la tension observée dans l’auditoire était due au fait que d’aucuns s’attendaient à ce qu’il dise : « …Comprenez mon émotion… ». Allusion faite aux larmes que  l’ancien dictateur Mobutu avait fait couler en son temps avant d’annoncer la fin du parti unique MPR parti-Etat.

Le successeur de Laurent-Désiré Kabila, tombeur du maréchal  Mobutu, a préféré déclarer : «…Comprenez ma passion pour le Congo… » Pour certains analystes, si feu maréchal Mobutu était tellement émotionné par le degré de la misère du peuple qu’il s’est repenti en versant des larmes au point de céder aux pressions tant internes qu’extérieures, Joseph Kabila est plutôt un Président insensible à tous les appels à l’ordre constitutionnel.

Il a, d’ailleurs, confirmé son intention de vouloir s’accrocher au pouvoir,  lorsqu’il a réaffirmé sa volonté de poursuivre une politique étrangère de bon voisinage fondée sur des relations décomplexées avec tous les pays du monde, ajoutant : « Toute naïveté dans ce domaine est suicidaire ».

Perturbateurs de l’ordre public

Joseph Kabila a surpris plus d’une personne, lorsqu’il a qualifié de perturbateurs de l’ordre public les paisibles citoyens qui revendiquent leurs droits légitimes constamment bafoués depuis 17 ans d’une dictature sans pitié. La preuve est que les manifestations initiées par les organisations de la société civile, y compris le Comité Laïc de Coordination (CLC) de l’Eglise catholique, ont été réprimées dans la violence et dans le sang.

Quant aux performances tant vantées par le Chef de l’Etat, elles  n’existent que dans son imaginaire, dans la mesure où les conditions de vie des Congolais vont de mal en pis. Le pays est finalement transformé en une gigantesque prison à ciel ouvert, pour ne pas dire un enfer invivable miné par la faim, la recrudescence des épidémies, le banditisme urbain, la dégradation des infrastructures routières, les attaques à répétition des groupes armés, la rareté des billets de banque, la pénurie des denrées alimentaires, de l’eau, de l’électricité…

C’est donc à un discours en contradiction avec la triste réalité vécue chaque jour par la population que les Congolais clochardisés ont dû assister hier par la voie des ondes. Un discours qui fait craindre à tous ces Congolais le prolongement de leurs souffrances, au cas où l’actuel chef d’Etat en venait à se décider de briguer un troisième mandat le 23 décembre prochain.

A voir l’ambiance digne de parti unique qui a régné hier au Palais du peuple rempli d’applaudisseurs, on peut dire que le plus dur est encore à venir pour des millions de Congolais qui n’arrivent plus à procurer ne fût-ce qu’un repas par jour à eux-mêmes ainsi qu’à leurs progénitures.

Tous ces nombreux démunis de la RDC ayant été oubliés dans le discours de Joseph Kabila, la vraie Opposition dont les élus n’ont pas assisté à ce Congrès qui marquait aussi la fin de la session extraordinaire du parlement a donc du pain sur la planche. Car, la MP semble avoir déjà planté le décor pour offrir à son mentor un troisième mandat.

PAR ASIYESHINDWA

*

*

Monter

Login

Lost your password?