..."/>

La diplomatie américaine en marche au Congo-Kinshasa : Mike Hammer nommé nouvel ambassadeur des USA en RDC

lambassade-des-etats-unis

Le  représentant  de l’administration Trump  à Kinshasa  a été auditionné au Sénat américain

La RDC fait partie des pays sur lesquels Washington maintient un droit de regard. Un pays placé au centre de ses préoccupations, et dont il suit de près le processus électoral en cours.Depuis la dernière visite à Kinshasa le samedi 21 octobre 2017 de Nikki Haley, ambassadeur des USA auprès des Nations Unies, la position américaine reste intacte sur la situation politique en RDC.

Une source diplomatique signale que l’Administration Trump vient de nommer un nouvel Ambassadeur en République démocratique du Congo (RDC). Il s’agit de Mike Hammer. Ce dernier a été auditionné le vendredi dernier à la commission des Affaires étrangères du sénat américain.

Sa nomination intervient dans un contexte politique exceptionnel, à cinq mois des élections présidentielle et législatives où la Constitution et l’Accord du 31 décembre 2016 interdits au président sortant de briguer un autre mandat.

La diplomatie américaine s’active ces derniers temps sur la situation en RDC. Après la nomination du nouveau chef de mission de l’Agence américaine de développement international (Usaid-RDC), Paul Sabatine, Washington nomme encore son ambassadeur en RDC.  Comme avec William Lacy Swing à l’époque de Laurent-Désiré Kabila, Mike Hammer aura un message clair de l’administration Trump, celui de convaincre le président Kabila de faciliter le passage civilisé du pouvoir avec son successeur.

Une Résolution au Sénat américain pour l’alternance démocratique en RDC

Il y a trois semaines, deux sénateurs démocrates américains avaient fait passer une résolution au Sénat américain pour exiger l’alternance en RDC cette année, par la tenue des élections libres, équitables et apaisées.

Dans le contexte congolais, le changement d’un ambassadeur pendant la période de turbulences politiques comme celle que traverse la RDC aujourd’hui, est un avertissement pour le pouvoir de Kinshasa qui doit lire les signes de temps. Espérons qu’avec la nomination de Mike Hammer comme nouvel ambassadeur des USA en République démocratique du Congo, les choses peuvent bouger.

Les Congolais se souviennent encore de la visite de l’ambassadeur américain à l’ONU, Bill Richardson, à la fin du règne du Maréchal Mobutu. Cet hispanique n’y était pas allé par le dos de la cuillère pour montrer le chemin de l’exil à un Mobutu malade qui ne régnait déjà plus que sur une partie de l’ex-Zaïre.

Bien que le contexte est différent et les acteurs ne sont plus les mêmes, l’administration Trump s’en tient à une alternance démocratique en RDC par le truchement des scrutins attendus le 23 décembre 2018, conformément à la lettre et l’esprit de l’Accord du 31 décembre 2016.

*

*

Monter

Login

Lost your password?