..."/>

Dans un atelier du 5 au 7 septembre à Kinshasa : L’UNESCO renforce les capacités des experts en développement

Renforcer les capacités des participants dans la maitrise des Objectifs de Développement Durable (ODD) ; informer les acteurs de l’administration sur les enjeux des ODD ; assurer l’appropriation technique de ces ODD par les différents acteurs de l’Administration et de la Commission Nationale pour l’Unesco ; alerter ces derniers sur l’obligation d’intégrer les cibles des ODD dans la formulation et la mise en œuvre des politiques ainsi que plans sectoriels de développement ;  familiariser ces acteurs à la maitrise des indicateurs des ODD. Tels sont les objectifs de l’atelier se tenant du mercredi 5 au vendredi 7 septembre à Kinshasa, dans la salle de formation de l’Inspection Générale /SERNAFOR à Kinshasa Gombe. Cette activité est organisée par le Secrétariat  Permanent  de la Commission Nationale pour l’UNESCO, en collaboration avec l’Observatoire Congolais  du Développement Durable (OCDD).

S’impliquer dans la mise en œuvre des ODD

Au cours de cet atelier, les participants ont aussi  été sensibilisés  sur l’agenda 2063 adopté par les chefs d’Etats et de gouvernements de l’Union Africaine, lors de la 24ème   session ordinaire de la Conférence de l’UA. Dans son mot de circonstance  le secrétaire permanent de la  commission nationale pour l’UNESCO, Lazare Liema Ibongo Botie, a signalé que le 3ème,  ainsi que la 5ème  réunion interrégionales des  Commissions Nationales pour l’UNESCO tenue à Shanghai (Chine, 13-15 juin 2016) et à Diani (Kenya, 19-21 juin 2018) ont recommandé aux Commissions Nationales  des Etats membres de l’UNESCO, parmi lesquels  la République Démocratique du Congo, de s’impliquer dans la mise en œuvre des ODD.

Cette recommandation se justifie par le fait que les commissions nationales regroupent les départements ministériels, la société civile, les personnalités tant scientifiques que culturelles, les partenaires que sont les clubs pour l’UNESCO, les bibliothèques et écoles associées. La mobilisation des uns et des autres produit des effets multiplicateurs dans le processus de mise en œuvre des ODD. L’agenda 2063 est un appel à l’action de tous les segments de la société africaine à travailler ensemble pour construire une Afrique prospère et une fondée sur des valeurs communes ainsi qu’un destin commun.

17 Objectifs de Développement Durable, 169 cibles et 241 indicateurs

L’expert Oasis Kadila a expliqué qu’en septembre 2015, la communauté internationale a adopté, sous l’égide des Nations Unies, le   programme de développement durable à horizon 2030. Il s’agit d’un plan d’action mondial pour l’humanité, la planète et la prospérité pour les 15 prochaines années.

Il a expliqué que s’inscrivant dans le prolongement des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), ce nouveau programme comprend 17 Objectifs de Développement Durable, assortis de 169 cibles et 241 indicateurs. L’agenda 2030 s’avère très ambitieux et pose d’immenses défis pour sa mise en œuvre.

Il exige des partenariats mondiaux revitalisés, soutenus par des politiques publiques nationales et provinciales cohérentes, des mécanismes de gouvernance reformés à tous les niveaux  (national et local), une mobilisation accrue des ressources, une révolution des  données statistique  ainsi que le respect du principe de responsabilité mutuelle. Pour l’intervenant, il nécessite une collaboration permanente entre toutes les entités concernées : le gouvernement, le secteur privé, la société civile, les partenaires techniques et financiers, ainsi que les autres les acteurs concernés.

Par Julie Muadi

*

*

Monter

Login

Lost your password?