..."/>

Kongo Central : Le nouveau ministre provincial des ITPR face à de nombreux défis

Kongo Central

Le réaménagement technique opéré dernièrement au sein du Gouvernement provincial par l’actuel Gouverneur intérimaire Atou Matubuana Nkuluki de la province du Kongo Central a  vu le ministre Michael Lukoki  Nsimba céder l’un de ses anciens portefeuilles des Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction (ITPR) à l’honorable Papy Mambo Luamba tandis que lui-même conserve toujours ceux des Affaires foncières, Urbanisme et Habitat.

La cérémonie de remise et reprise entre les deux ministres a lieu le mercredi 29 août dernier. Elle  a été marquée d’abord par un huis clos au cours duquel Michael Lukoki Nsimba a présenté à son successeur tous les dossiers liés aux ITPR. Notamment celui des travaux de construction du Stade Lumumba de Matadi  transformé aux dimensions olympiques ; mais aussi celui de la réhabilitation de deux importants tronçons routiers dont l’un  va du pont Mpozo au quartier  » A 15 « , tandis que l’autre tronçon à réhabiliter part de la morgue de l’hôpital provincial de référence de Kinkanda à Ango-Ango proche de la frontière angolaise de Noqui.

  A noter que ce huis clos s’est ensuite poursuivi avec la cérémonie de signature du procès-verbal de remise et reprise entre les deux ministres. C’était en présence des responsables provinciaux de différents services sous tutelle des travaux publics, infrastructures et reconstruction, notamment  l’Office des Routes (OR), l’Office des Voiries et Drainages (OVD), le Fonds National d’Entretien Routier (FONER), l’Agence Congolaise de Grands Travaux (ACGT), le Bureau Technique Contrôle (BTC), la Division provinciale des ITPR. Ce n’est qu’après toutes ces cérémonies protocolaires que Papy Mambo Luamba avait officiellement pris ses fonctions de patron n° 1 des ITPR au Kongo Central.

Les défis à relever

Plusieurs défis à relever attendent le nouveau ministre provincial en charge des ITPR. Parmi ces défis figure celui de la poursuite des travaux de modernisation du Stade Lumumba de Matadi que les sportifs de la ville portuaire souhaitent impatiemment voir aller jusqu’à terme. L’autre défi que doit relever le ministre provincial des ITPR c’est l’achèvement des travaux de réfection  de l’axe-routier qui va du pont Mpozo au quartier  » A 15  » en passant par le marché de Mvuadu (travaux qui avancent actuellement à grands pas).

A ce chantier s’ajoute celui de la réfection du tronçon allant de la morgue de l’hôpital général de référence de Kinkanda jusqu’à la frontière angolaise de Noqui, à Ango-Ango. Ce dernier chantier continue à faire couler beaucoup d’encre et de salive à travers la vlle portuaire de. Car  l’Entreprise  Zengwey ,  qui avait été retenue pour l’exécution de ces travaux n’a jusqu’à présent bétonné qu’environ 300 m. Et curieusement, les travaux ont été interrompus juste devant les bureaux  de cette entreprise, laissant ainsi plus de 3.700 m dans un état de dégradation très avancé et qui donne, chaque jour,  du fil à retordre aux nombreux usagers de cette artère.

Cette situation suscite de nombreuses interrogations parmi les Matadiens qui veulent savoir pourquoi l’entreprise chinoise a interrompu les travaux. Des voix s’élèvent aussi pour chercher à connaître le fonds total jusque là décaissé par le Gouvernement provincial du Kongo Central en faveur de cette entreprise pour exécuter lesdits travaux interrompus depuis plusieurs mois.

Un doute

Selon certaines indiscrétions, l’argent déjà perçu par cette entreprise devait déjà faire exécuter la majeure partie de travaux de réhabilitation de ce tronçon routier. A en croire les mêmes sources, ces travaux doivent s’effectuer en deux phases dont la première devrait partir de la morgue  à l’entrée Tsasa-di-Ntumba,  et la seconde de la place Tsasa-di-Ntumba à la frontière angolaise de Noqui.

Mais, l’interruption des travaux par l’entreprise chinoise est venue jeter le doute dans l’esprit des fils et filles de la ville de Matadi. Voilà pourquoi les espoirs des Matadiens  sont désormais tournés en direction du ministre provincial Papy Mambo Luamba.   Un autre défi et non de moindre que doit aussi relever  le nouveau patron des ITPR au Kongo Central est celui du Stade Socol de Boma détruit depuis  quelques années. Face à cette situation et pour permettre le bon déroulement du championnat de football de Boma, il a été décidé que tous les matches du championnat de l’Entente Urbaine de Football de Boma se jouent sur le terrain de l’Institut Boma Mungu (ex. Colonie Scolaire de Boma).

Ayant constaté avec d’amertume que depuis la destruction de ce stade en 2014 aucun début des travaux de sa construction n’a été amorcé comme l’avait promis le Gouvernement provincial sous feu Jacques Mbadu Nsitu di Mavungu, des plaintes ont commencé à fuser de partout. En l’occurrence, de la part des responsables de l’Institut Boma Mungu qui déploraient la perturbation des enseignements par le public sportif et même  les joueurs lorsque les matches du  championnat se jouaient sur ce terrain scolaire.

Tolérance zéro

Ne pouvant plus tolérer ce genre de choses et pour permettre aux écoliers, avenir de demain, de suivre les enseignements en toute quiétude, madame Marie José Niongo Nsuami, maire de la ville de Boma, avait trouvé une solution palliative dans un premier temps. En effet, en sa qualité de première dame de la ville, elle avait pris   langue avec l’entreprise Afritec qui s’est résolument d’aménager gratuitement toute l’aire de jeu dudit stade.

Cela, à la grande satisfaction non seulement des sportifs de la ville de Boma, mais aussi de nombreux parents et élèves de cet institut qui ont poussé un ouf de soulagement. Car, les matches du prochain championnat de l’EUFBoma se joueront désormais au Stade Socol comme par le passé, bien que beaucoup reste encore à faire pour améliorer les conditions d’accueil de ce stade.

Par Dieudonné Muaka Dimbi

*

*

Monter

Login

Lost your password?